Paris Terrorisme. Un projet d'attentat avancé mis en échec en France selon Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur

Une interpellation et une perquisition menées à Argenteuil ce jeudi 24 mars auraient permis de mettre en échec un projet d'attentat en France, selon Bernard Cazeneuve.

Mise à jour : 25/03/2016 à 10:07 par La Rédaction

 

Illustration de l'article : "Interpellation importante" et perquisition à Argenteuil dans une enquête sur un projet d'attentat en France (Cazeneuve)
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, le 24 mars 2016 à Bruxelles ( ©AFP/THIERRY CHARLIER).

Les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ont effectué  jeudi 24 mars matin une « interpellation importante » qui a permis de « mettre en échec un projet d’attentat en France conduit à un stade avancé », a annoncé le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

Aucun élément tangible ne lie ce projet aux attentats de Paris et de Bruxelles », a précisé le ministre dans une déclaration à la presse.

L’opération de police se poursuivait jeudi soir, avec des perquisitions dans un immeuble d’habitation évacué de ses occupants à Argenteuil (Val d’Oise).

Opérations de déminage en cours

Des « opérations de déminage sont en cours afin que les policiers puissent procéder à la perquisition de l’appartement, du parking et des parties communes dans des conditions optimales », a ajouté le ministre. Un périmètre de sécurité a été mis en place autour de l’immeuble.

L’homme interpellé, un Français, « est suspecté d’être impliqué à un haut niveau dans ce projet. Il évolue au sein d’un réseau terroriste qui projetait de frapper notre pays », a-t-il ajouté sans plus de précision.

Cette arrestation est le fruit d’une enquête minutieuse conduite depuis plusieurs semaines, qui a mobilisé d’importants moyens de surveillance physique et technique, ainsi qu’une coopération étroite et constante entre services européens.

Les investigations confiées à la DGSI sont conduites sous l’autorité d’un juge d’instruction antiterroriste, a indiqué le parquet de Paris à l’AFP, qui n’a souhaité communiquer aucun élément supplémentaire pour préserver l’enquête en cours.

AFP

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.