Saint-Valery-en-Caux En Seine-Maritime, une maison de repos pour les chevaux à la retraite et malades

Les chevaux malades, en fin de vie, trouvent refuge à Saint-Valéry-en-Caux (Seine-Maritime) dans la pension de Marlène Buret et Aymeric Tardif. Un petit paradis de 15 ha.

Mise à jour : 28/02/2016 à 15:45 par Raphaël Tual

Marlène Buret accueille des dizaines de chevaux à la retraite à Saint-Valéry-en-Caux (Seine-Maritime) (©Écurie du Val de Caux).
Marlène Buret, 21 ans, accueille des dizaines de chevaux à la retraite à Saint-Valéry-en-Caux (Seine-Maritime). (©Écurie du Val de Caux)

Leur moyenne d’âge est de 25 ans. À l’Écurie du Val de Caux, à Saint-Valéry-en-Caux (Seine-Maritime), des chevaux malades et en fin de vie sont accueillis. Ils peuvent souffrir de fractures, être aveugles, avoir de l’arthrose, les dents qui se déchaussent… Sportifs, de loisir ou travailleurs, tous types d’équidés peuvent finir leur vie dans cette maison de repos, créée en octobre 2014 par Marlène Buret et Aymeric Tardif.

On accueille les chevaux de propriétaires qui veulent le bien-être pour leurs animaux ; les laisser vivre dans un herbage avec des copains, plutôt que de les laisser dépérir ou de les emmener à l’abattoir. Nous jouons les bons pères de famille », souligne Marlène Buret, propriétaire des lieux, âgée de 21 ans.

« On se dégage de quoi vivre »

Les deux entrepreneurs gèrent une trentaine de chevaux sur leur propriété de 15 hectares, et arrivent à « se dégager de quoi vivre ». C’est évidemment par amour du cheval qu’ils se sont lancés dans cette activité. Ils possèdent eux-mêmes 15 équidés.

Nous ne voulions pas voir nos chevaux enfermés dans un box et leur rendre visite trois fois par semaine. Ici, nous pouvons les voir tous les jours », sourit Marlène Buret.

Le couple souhaite pouvoir agrandir leur « maison de repos », en trouvant de nouvelles terres, mais tout en gardant une taille raisonnable. « Nous voulons nous occuper de chacun dans de bonnes conditions. »

Vidéo. Le reportage de nos confrères de France 3 :

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.