Rouen En Seine-Maritime, cambriolages et délinquance des mineurs en hausse, pointe le procureur

Le procureur de la République, à Rouen (Seine-Maritime), Jean-François Bohnert, a esquissé le bilan de l'activité globale du parquet en 2015, avant de partir en poste à Reims.

Mise à jour : 13/01/2016 à 08:22 par Isabelle Villy

A 54 ans, le procureur de la République de Rouen Jean-François Bohnert, est nommé procureur général pour la cour d'appel de Reims (Photo Isabelle Villy)
À 54 ans, le procureur de la République de Rouen (Seine-Maritime), Jean-François Bohnert, est nommé procureur général de la cour d'appel de Reims (Photo © Isabelle Villy/Normandie-actu)

À 54 ans, Jean-François Bohnert, procureur de la République de Rouen (Seine-Maritime), vient d’être gratifié d’une (belle) promotion. Il quitte, dès mardi 12 janvier 2016, ses actuelles attributions, pour rejoindre Reims (Marne), où il a été nommé procureur général de la cour d’appel. « Il y avait des signes avant-coureurs de cette nomination avant l’été, mais je dois dire que cela reste une très belle surprise », sourit Jean-François Bohnert, qui est donc resté trois années en poste à Rouen, où il a assisté, pour la dernière fois, mardi 12 janvier, aux audiences solennelles du tribunal de grande instance et de la cour d’appel. L’occasion de tirer quelques enseignements de l’activité globale du parquet sur le ressort de Rouen, au cours de l’année 2015.

Effectifs du parquet en  baisse depuis cinq ans

43 123  : c’est le nombre de procédures enregistrées par le parquet en 2015 et ce, avec des effectifs qui n’ont cessé de diminuer depuis cinq ans, n’a pas manqué de souliger le procureur de la République. Concernant l’activité des juges des libertés et de la détention, le procureur a mis en évidence un nombre de décisions en hausse concernant le champ civil.

Depuis 2013, on constate une hausse spectaculaire de 20% de ce type de décisions, imputables notamment aux situations irrégulières et aux hospitalisations sous contrainte, qui ont augmenté de 32% », relève Jean-François Bohnert.

Durcissement de la délinquance des mineurs

Dans un autre registre, le procureur a observé « un durcissement très net de la délinquance des mineurs, qui montrent une attitude violente et provocatrice à l’égard des forces de l’ordre ». Dans les chiffres, les conséquences se sont traduites par 5 480 mesures d’assistance éducative et 1 260 décisions pénales (en hausse de 7%) par le juge des enfants.
L’activité du tribunal correctionnel est également en hausse par rapport à 2014, avec 3 237 jugements pour délits en 2015, qui ont entraîné 260 procédures de comparution immédiate (+ 17% par rapport à 2014 ; + 22% par rapport à 2013), et 733 convocations avec reconnaissance préalable de culpabilité, plus communément appelées le plaider-coupable (en hausse de 58% par rapport à 2014).

Des cambriolages plus ciblés

Jean-François Bohnert a part ailleurs rappelé que le parquet avait été particulièrement attentif à la délinquance de voie publique, celle qui touche au plus près la population et aux affaires de cambriolages. Il apparaît que ces derniers sont en augmentation en 2015 en zone police et en légère baisse en zone gendarmerie.

Les communes les plus touchées par les cambriolages en 2015 sont situées à l’est et au nord de l’agglomération, sur le plateau de Boos, à Barentin, à Yvetot et ont plus visé des dépendances. Ils sont le fait de bandes organisées, souvent originaires des Balkans ou d’Europe orientale, mais il y a aussi des équipes locales », précise le procureur.

Forte baisse des vols à main armée

En revanche, le procureur a souligné la forte diminution des vols à main armée en 2015 : -11%, après une année 2014 qui s’était avérée très mauvaise statistiquement parlant (+52%). Les vols avec violences et les vols de voitures sont également en baisse en 2015, ce que le procureur explique par des efforts de prévention qui se sont avérés efficaces. 
S’agissant des vols à main armée, Jean-François Bohnert constate que « le tribunal n’a pas hésité à prononcer des réponses pénales sévères, entraînant un effet dissuasif. La sévérité du juge : ça se sait, et ça se dit », a-t-il déclaré.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.