Le Pin-au-Haras En Normandie, le Haras du Pin s'offre une cure de jouvence

La gestion du Haras national du Pin, dans l'Orne se fera désormais à "six mains", entre l'État, la Région et le Département de l'Orne. De grands projets sont prévus sur le site.

Mise à jour : 16/07/2015 à 14:14 par Valentine Godquin

Le Haras du Pin accueille 100 000 visiteurs par an. (Photo : Haras national du Pin Alicia Dosogne)
Le Haras du Pin accueille 100 000 visiteurs par an. (Photo : Haras national du Pin Alicia Dosogne)

Joyau du département de l’Orne, le Haras national du Pin, au Pin-du-Haras, près d’Argentan (Orne) sera désormais géré par un établissement public administratif (EPA), associant l’État, la Région Basse-Normandie et le Conseil départemental de l’Orne. Le décret stipulant cette décision a été publié au Journal officiel, vendredi 3 juillet 2015, un an après la visite du ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll.

Un nouveau statut

Jusqu’alors seul l’État assurait la gestion du site qui accueille, chaque année, environ 100 000 visiteurs. Il a été le théâtre, en août 2014, d’épreuves des Jeux équestres mondiaux, organisés en basse-Normandie, dépassant les 160 000 personnes. Si cet établissement public administratif relèvera toujours de la compétence du ministère de l’Agriculture, la gestion sera désormais assurée par un conseil d’administration réunissant des représentants de l’État, de la Région et du Département ornais, sous la présidence d’une personne faisant partie d’un de ces trois collèges. Le président de l’Orne, Alain Lambert, sera, quant à lui, commissaire du gouvernement au sein de ce conseil.

Un vaste programme de travaux

Monument historique fêtant cette année ses 300 ans, le Haras du Pin bénéficiera d’une véritable cure de jouvence grâce à ce dispositif, et profitera de moyens mis en commun par les collectivités pour sa rénovation et son attrait touristique. « Les tout premiers aménagements d’un montant de 1,6 million d’euros, destinés aux travaux de réhabilitation du château, joyau architectural, et pour l’accueil du public, débuteront cet été », annoncent la Région et le Département de l’Orne.

Créer une académie du cheval

Le Haras du Pin avait accueilli des péreuves des Jeux équestres mondiaux, en 2014. (Photo : Haras du Pin)
Le Haras du Pin avait accueilli des épreuves des Jeux équestres mondiaux, en 2014. (Photo : Haras du Pin)

Parmi les grands projets prévus pour donner de l’essor à ce Haras national, l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE) va s’associer aux collectivités territoriales pour la valorisation du site, tout en y consolidant un pôle équestre national et international, mais aussi pour y créer une académie du cheval, qui proposera des formations à la carte, tout en poursuivant les efforts pour le développement de l’offre touristique.

Ces projets seront possibles grâce à des fonds injectés par les collectivités, qui ont d’ores et déjà engagé 5 millions d’euros chacune pour le Haras. Ces sommes ont notamment servi, avant même la création de l’EPA, à financer des travaux pour un parcours de cross de 6,7 km, pour la grande carrière du château, ou encore la restauration de la grande grille d’honneur du Haras. Selon le président de l’Orne Alain Lambert et le président de Région, Laurent Beauvais, « après un passé prestigieux, le Haras national du Pin s’apprête à écrire une nouvelle page de son histoire ».

La création de ce nouvel établissement public s’inscrit dans une dynamique que nous avons mise en place autour des Jeux équestres mondiaux en Normandie. C’est un nouvel avenir fait d’ouverture, d’expertise, d’excellence pour le site ornais le plus visité.

Enfin, ces changements dans la gestion du haras pourraient permettre, à l’avenir, de développer l’organisation de grands rendez-vous équins sur le site, tels que des compétitions. Deux concours internationaux sont d’ores et déjà programmés, avec le Grand complet (concours complet international), du 18 au 23 août 2015, et le concours international d’attelage programmé du 27 au 30 août 2015, au Haras du Pin.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.