Rouen En Normandie, la grève des avocats continue, malgré les concessions de Taubira

La garde des Sceaux a cédé, mercredi 21 octobre 2015, sur la participation des avocats au financement de l'aide juridictionnelle. En Normandie, la grève des audiences se poursuit.

Mise à jour : 21/10/2015 à 18:34 par Karine Lebrun

90 avocats du barreau de Rouen ont bloqué les accès du palais de justice, en soutien à leurs confrères de Lille (©D.R.).
90 avocats du barreau de Rouen ont bloqué les accès du palais de justice, en soutien à leurs confrères de Lille. (© DR)

Les avocats en révolte contre les projets du gouvernement au sujet du financement de l’aide juridictionnelle, qui facilite l’accès à la justice des plus démunis, font le choix, barreau après barreau, de voter en faveur d’un grève illimitée des audiences.
En Normandie, le barreau de Rouen (Seine-Maritime) et celui d’Évreux (Eure) ont ouvert le bal, lundi 19 octobre 2015. Ils ont été rejoints par le barreau du Havre (Seine-Maritime) qui a décidé d’une grève des audiences jusqu’au 28 octobre 2015, date d’étude à l’Assemblée nationale du budget de la Justice.

Blocage du palais de justice

En réaction aux incidents de Lille – les avocats qui bloquaient l’accès au palais de justice, mardi 20 octobre, ont été délogés par les CRS – les avocats du barreau de Rouen et du Havre ont en plus décidé d’un mouvement de soutien, mercredi 21 octobre 2015. À Rouen, la profession se réunissait à 9h, devant le palais de justice pour en bloquer les accès. Au Havre, c’est à 13h30 que le blocage était programmé.
La garde des Sceaux, Christine Taubira, qui recevait une délégation d’avocats, mercredi 21 octobre en fin de matinée, a cédé : elle renonce partiellement à l’article 15 qui légitime le financement de l’aide juridictionnelle par les avocats. La mobilisation, cependant, ne faiblit pas :

« Une attitude indigne »

« Mes confrères sont totalement remontés », indique à Normandie-actu, Olivier Jougla, le bâtonnier du Havre. Les avocats, qui faisaient déjà la grève des désignations depuis le 14 octobre 2015, s’étaient dit révoltés par le « passage en force du gouvernement », qui, dans la nuit du 15 au 16 octobre 2015, a fait voter à l’Assemblée nationale l’article 15 qui légitime la participation des avocats au financement de l’aide juridictionnelle. L’intervention des CRS à Lille est aux yeux des avocats « la provocation de trop ».

Comment peut-on traiter la profession de cette manière ? C’est une attitude indigne », peste le bâtonnier de Rouen, Me Arnaud de Saint-Rémy.

« Nous attendons un retour de respect de notre ministre »

90 avocats étaient réunis mercredi 21 octobre 2015, à Rouen, « pour une manifestation dans la dignité en hommage à nos confrères de Lille ». Les robes noires ont bloqué quelques instants les accès du palais de justice. La manifestation s’est déroulée dans le plus grand calme, sans aucune confrontation avec les forces de l’ordre.

Il n’y a pas eu d’échauffourées mais si la ministre, Christine Taubira, continue d’avoir une attitude injurieuse et cynique à notre égard, la situation pourrait rapidement s’envenimer, prévient le bâtonnier de Rouen. Lorsque notre Garde des sceaux a été victime de propos racistes et injurieux, toute la profession a été à ses côtés. Notre ministre ferait bien de ne pas l’oublier. Nous attendons un retour de respect. »

Les avocats du Havre sur le pont de Normandie et à la Transat

Forte mobilisation au Havre, mercredi 21 octobre 2015 (©D.R)
Forte mobilisation au Havre, mercredi 21 octobre 2015. (© DR)

La grève des audiences se poursuit donc à Rouen, mais aussi au Havre (Seine-Maritime) et à Évreux (Eure). Le barreau de Dieppe doit décider de son positionnement à l’occasion d’une assemblée générale programmée dans la soirée du mercredi 21 octobre 2015. Les avocats du Havre prévoient également deux autres rassemblements pour sensibiliser l’opinion publique :

Nous prévoyons une distribution de tracts, samedi 24 octobre 2015, sur le pont de Normandie, de 10h à 15h, et ensuite sur le village de la Transat Jacques Vabre », annonce Me Olivier Jougla.

Les annonces de la ministre de la Justice ne changent rien à la donne. « Tant que nous n’avons aucune garantie sur le retrait pur et simple de la réforme de l’aide juridictionnelle, nous maintenons la grève des audiences », indique le bâtonnier du Havre. Même son de cloche à Rouen.« Nous saluons cette avancée mais elle ne résout pas les problèmes de fonds. Quid de la baisse de la rétribution des avocats ? Quid de l’accès au droit pour des milliers de justiciables », interroge Me Arnaud de Saint-Rémy, bâtonnier de Rouen. Les deux barreaux maintiennent leur mouvement de grève.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.