Caen En Normandie, des moutons pour remplacer les tondeuses

Le mercredi 29 avril 2015, six moutons Roussins de la Hague (Manche) ont investi les douves du château de Caen (Calvados) pour effectuer la tonte de l'herbe. Original et efficace.

Mise à jour : 03/05/2015 à 18:54 par Sophie Quesnel

Un point d’eau a été installé en complément, pour le confort des moutons. © Ville de Caen / DR.
Un point d’eau a été installé en complément, pour le confort des moutons. (Photo : Ville de Caen)

Le mercredi 29 avril 2015, six moutons Roussins de La Hague (Manche) ont investi les douves du château de Caen (Calvados). Ces moutons, provenant d’un élevage de la Manche, assureront la tonte de l’herbe jusqu’à la fin de l’été, si les conditions météorologiques sont favorables. Un point d’eau a été installé en complément.

Des Roussins de la Hague

C’est une scène plutôt insolite à  laquelle peuvent assister les visiteurs du château de Caen. L’eau a disparu des douves depuis des siècles laissant la place une belle herbe grasse. Dans les fossés qui entourent le château du duc de Normandie, la tonte était donc devenue bien difficile, jusqu’à l’arrivée d’un petit troupeau de Roussins.
Le Roussin, originaire de la Hague (Manche), a été reconnu comme race par le ministère de l’Agriculture en 1982. Ce n’est pas pour autant une race jeune de moutons. Comme toutes les races de l’Ouest de la France, elle découle d’une population traditionnelle locale croisée avec des races anglaises dans le courant du XIXe siècle, probablement du groupe des « Longwool ».

Productivité et économie

Le Roussin de la Hague a le poil de la tête et des pattes marron-roux. De format moyen, le Roussin est une race d’herbage bien adaptée au climat océanique, à la pluie et au vent. Rustique, cette race tire un bon parti des zones pauvres, mais donne toute la mesure de son potentiel reproductif exceptionnel sur les riches pâturages du Nord Cotentin.
Elle répond en tous points aux exigences de l’élevage moderne : productivité et autonomie. C’est une brebis très facile à mener, calme, demandant peu de soins et une alimentation modérée. Idéale pour l’éco-pâturage, un mode entretien écologique des espaces naturels et des territoires grâce au pâturage d’animaux herbivores.

À Villers-Bocage : Margueritte, Jeannot, Michou et les autres

L’éco-pâturage utilise des races habituées au climat doux et humide qui peuvent être élevées en plein air toute l’année. Le Département du Calvados vient également « d’embaucher » deux moutons, deux chèvres et deux boucs pour l’entretien de ses bassins de rétention de long des routes départementales.
« Depuis le mois d’avril, Gertrude, Margueritte, Jeannot, Michou, Pâquerette et Sivou viendront gonfler les rangs de l’agence routière de Villers-Bocage (Calvados) », note La Voix Le Bocage.

Sophie Quesnel
Journaliste Le Pays d'Auge - Twitter
Localité(s) :
Caen, 14

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.