Elle dénonce une niche fiscale. Une sénatrice de Normandie menacée de mort

Nathalie Goulet, sénatrice de l'Orne aurait été victime de menaces. En cause, ses déclarations dénonçant une niche fiscale pour les Français donnant de l'argent à l'armée d'Israël.

Mise à jour : 26/03/2016 à 10:02 par Julien Bouteiller

La sénatrice UDI-UC de l'Orne, Nathalie Goulet, aurait fait l'objet de menaces de mort pour avoir dénoncé une niche fiscale (photo d'archives ©L'Orne Combattante)
La sénatrice UDI-UC de l'Orne, Nathalie Goulet, aurait fait l'objet de menaces de mort pour avoir dénoncé une niche fiscale. (photo d'archives © L'Orne Combattante)

Une question à un secrétaire d’État et voilà Nathalie Goulet, sénatrice de l’Orne, menacée de mort. L’élue UDI-UC a en effet adressé une question écrite à Christian Eckert, secrétaire d’État au Budget, s’étonnant d’une niche fiscale réservée aux contribuables français faisant un don à l’armée israélienne.

Mme Nathalie Goulet attire l’attention de M. le secrétaire d’État, auprès du ministre des finances et des comptes publics, chargé du budget sur la réglementation actuelle qui permet aux Français et Françaises qui font des dons à l’armée israélienne (Tsahal), de défiscaliser leurs dons et leur donne le droit à 60% de réduction d’impôts, dans la limite de 20% du revenu imposable. Il s’agit donc d’une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d’une armée étrangère. Elle souhaiterait avoir l’explication de cette disposition exorbitante du droit commun », écrit la sénatrice au membre du gouvernement.

Des menaces de mort sur les réseaux sociaux

Nathalie Goulet n’a pour le moment reçu aucune réponse de la part du ministre. En revanche, sa question a suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux. Elle a ainsi affirmé à l’AFP avoir fait l’objet de menaces de mort suite à sa question sur cette niche fiscale. 
Face à la polémique qui enfle, la sénatrice a cependant voulu éteindre l’incendie, estimant sur Twitter, qu’il serait plus sage « de ne plus parler de cette lamentable affaire ».

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.