Évreux Élections régionales de la grande Normandie : Bruno Le Maire soutient Hervé Morin

Sur le plateau de France 3, le député de l'Eure, Bruno Le Maire, a indiqué soutenir Hervé Morin, qui devrait être le candidat UDI/UMP à la présidence de la future Normandie.

Mise à jour : 04/02/2015 à 11:38 par La Rédaction

 

Invité de France 3, Bruno Le Maire a affirmé soutenir la candidature d'Hervé Morin pour les élections régionales en Normandie.
Invité de France 3, Bruno Le Maire a affirmé soutenir la candidature d'Hervé Morin pour les élections régionales en Normandie.

Dimanche 18 janvier 2015, le député de l’Eure, Bruno Le Maire, était l’invité du 12/13 de France 3. Pendant plus de 20 minutes, l’élu a répondu aux questions de Francis Letellier et Bruno Jeudy. Un entretien au cours duquel il a réaffirmé – il l’avait déjà indiqué, dans une interview à Paris-Normandie, en novembre 2014 – ne pas être candidat à la présidence de la future grande Normandie.

> LIRE AUSSI : Nicolas Mayer-Rossignol sera le candidat du PS aux Régionales en Normandie

Le député de l’Eure a précisé qu’il soutenait son collègue, le député UDI de l’Eure, Hervé Morin, qui devrait affronter Nicolas Mayer-Rossignol aux élections régionales de décembre 2015 :

Je ne serai pas candidat en Normandie, je suis contre le cumul des mandats. Je suis déjà député, je n’ai pas vocation à devenir président du Conseil général de Normandie – régional, pardon – et je soutiens la candidature d’Hervé Morin, très clairement », a indiqué Bruno Le Maire.

Vidéo. Régionales en Normandie, Bruno Le Maire (UMP) soutient Hervé Morin (UDI) :

Le député de l’Eure, candidat malheureux à la présidence de l’UMP, a confié avoir vécu, mardi 13 janvier 2015, lorsque tout l’hémicycle de l’Assemblée nationale s’est levé et a entonné la Marseillaise, « le moment le plus fort » de son mandat de député :

Je suis député de l’Eure depuis sept ans. Ça restera, de loin, le moment le plus fort que j’ai vécu à l’Assemblée nationale. J’en ai encore, pour tout vous dire, la chair de poule tellement c’était fort de voir dans cet hémicycle, il n’y avait plus de droite ni de gauche, il y avait uniquement les représentants du peuple français unis et qui chantait l’hymne national. »

Bruno Le Maire s’était rendu, jeudi 15 janvier, aux obsèques de Franck Brinsolaro à Bernay (Eure), policier tué dans l’attentat à Charlie Hebdo : « Ça a été un moment poignant. Poignant parce que je connaissais Franck Brinsolaro. Je connais bien sa femme, Ingrid, qui est journaliste dans l’Eure. Et je pense qu’on avait tous les larmes aux yeux de voir que ce policier était tombé pour avoir accompli sa mission et d’avoir voulu protéger non seulement le dessinateur Charb, mais en fait notre liberté à tous. »

> À VOIR : Le 12/13 du dimanche 18 janvier 2015, sur France 3 (40 min)

L’ex-ministre de l’Agriculture est revenu sur les événements des 7, 8 et 9 janvier 2015, en profitant pour exprimer « la ligne politique » qu’il assure défendre « depuis des années » :

Je réclame depuis des années un renforcement de l’État régalien. Vous pouvez faire des économies sur le fonctionnement des dépenses sociales, vous pouvez faire des économies sur le nombre de fonctionnaires, vous pouvez faire des économies sur les dépenses des collectivités locales. Les fonctionnaires, vous en avez besoin pour protéger les Français, un peu moins pour accomplir certaines tâches qui ne sont pas des tâches régaliennes et qui ne garantissent pas la sécurité des français. (…) Profitons-en, on a une occasion unique de réinventer notre modèle et de tourner la page de trente années durant lesquelles on a trop dépensé pour le social, pour les aides ici ou là, et on a oublié de renforcer notre police, notre justice, notre gendarmerie, nos armées pour garantir notre sécurité. Le rôle de l’État c’est d’abord de nous protéger », a-t-il déclaré.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.