Rouen VIDEO. Double meurtre à Rouen. Taubira ouvre une enquête administrative

Après le meurtre d'Élise et Julien, 24 et 31 ans, dans un appartement du centre-ville de Rouen (Seine-Maritime), une enquête administrative a été ouverte par Christiane Taubira.

Mise à jour : 19/01/2016 à 07:39 par La Rédaction

Le député de l'Eure avait interrogé Christiane Taubira sur d'éventuelles défaillances lors de la libération du suspect. La ministre de la Justice a finalement ouvert une enquête administrative. (Photo © Sénat)
Le sénateur de l'Eure, Hervé Maurey, avait interrogé Christiane Taubira sur d'éventuelles défaillances lors de la libération du suspect. La ministre de la Justice a finalement ouvert une enquête administrative. (Photo © Sénat)

Y a-t-il eu une défaillance de l’administration, lors de la libération du suspect, soupçonné du meurtre d’Élise F. et Julien T., dimanche 20 décembre 2015, à Rouen (Seine-Maritime) ? Les corps sans vie des deux jeunes âgés de 24 et 31 ans avaient été découverts, dans la soirée, dans un appartement de la place de la Pucelle, en centre-ville. La jeune femme avait été violée. Les deux amis étaient morts étranglés.

Libéré, mais pas expulsé

Le sénateur de l’Eure, Hervé Maurey, ému par cette histoire qui touche « un couple d’amis », s’était inquiété des conditions de libération du suspect, un homme né en Ouganda de parents rwandais. Condamné en février 2011 à huit ans de prison pour viol, incarcéré au Havre, il n’avait effectué que six ans et trois mois de prison (détention provisoire et exécution de la peine).

> Lire aussi : [Enquête] Double meurtre de Rouen. Ce que nous savons du suspect

En situation irrégulière sur le territoire français, il aurait dû être expulsé à sa sortie de prison. Mais un doute sur son pays d’origine n’a pas permis l’expulsion. L’homme avait été libéré le 17 novembre. Soit un mois avant le viol et le double meurtre dont il est suspecté.
Lors d’une séance de questions au Gouvernement, jeudi 14 janvier 2016, le sénateur de l’Eure avait interpellé Christiane Taubira. « La ministre de la Justice a répondu, sur la forme, avec beaucoup d’empathie. Mais, sur le fond, elle n’explique rien. Elle se contente de rappeler que le contexte et les relations avec le pays d’origine sont tels que les démarches en vue d’une reconduite à la frontière n’ont pas abouti », avait jugé le sénateur.

> Lire aussi : Double meurtre à Rouen. Interpellée, Christiane Taubira « n’explique rien »

Une défaillance humaine ou technique ?

La ministre de la Justice a finalement écrit au sénateur Hervé Maurey, pour l’informer de l’ouverture d’une enquête administrative :

« Il aurait dû en effet faire l’objet d’une expulsion du territoire, conformément à la décision de justice. Avant sa libération, l’administration pénitentiaire a communiqué à la préfecture de police les informations utiles. Celle-ci n’a pu exécuter la mesure du fait d’un doute sur la nationalité de l’individu, donc de la destination.
Les conséquences en sont lourdes. J’estime qu’il convient de s’assurer que toutes les dispositions ont été prises, suffisamment en amont de la date de libération, pour rendre cette exécution possible. J’ai donc décidé d’une enquête administrative pour savoir si la communication des informations a été effectuée dans les délais. Bien entendu, l’administration pénitentiaire n’aurait pu décider d’un prolongement de la détention, s’agissant d’une décision judiciaire, mais elle aurait pu alerter l’autorité judiciaire qui avait pris toutes les diligences prévues par la loi.
Depuis deux ans, nous avons engagé une modernisation des greffes pénitentiaires, avec un déploiement sur l’ensemble des établissements, facilitant la gestion de la population carcérale. Je considère indispensable de savoir si une défaillance humaine ou technique a pu être à l’origine de ce drame. »

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.