Trois jours de blocage en Normandie. La tension s'apaise chez les éleveurs

Légère accalmie, jeudi 23 juillet 2015. Les agriculteurs ont relâché la pression, après les annonces faites par le gouvernement. Mais des blocages sont toujours prévus en Normandie

Mise à jour : 25/07/2015 à 19:36 par La Rédaction

 

Mercredi 22 juillet 2015, il faut compter plus de 2h pour accéder au bac et traverser la Seine entre Quillebeuf et Port-Jérôme. (Photo envoyée par un lecteur)
Mercredi 22 juillet 2015, avec le blocage des ponts de Normandie, de Tancarville et de Brotonne, il fallait compter plus de 2h pour accéder au bac et traverser la Seine entre Quillebeuf et Port-Jérôme. (Photo envoyée par un lecteur)

Après diverses manifestations telles que la Nuit de la détresse, début juillet 2015, le mouvement des agriculteurs en colère s’est intensifié dès lundi 20 juillet 2015, dans le Calvados, avec le blocage du périphérique de Caen. Des centaines d’agriculteurs se sont mobilisés progressivement dans toute la Normandie pour demander au ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll de venir à eux pour entendre leurs doléances, concernant la revalorisation des prix de la viande bovine et porcine, ainsi que les prix du lait.

Pressé par un mouvement contestataire s’étendant dans toute la Normandie, dès mardi 21 juillet 2015, le ministre est venu à leur rencontre ce même jour, avant de recevoir un rapport des médiateurs, avant de dresser les grandes lignes d’un plan d’urgence, présenté mercredi 22 juillet, à la mi-journée. Avec des blocages au Mont-Saint-Michel, sur l’A84, à Caen, mais aussi dans l’Orne et sur les ponts de Normandie, Tancarville et de Brotonne, en Seine-Maritime, le mouvement n’a cessé de prendre de l’ampleur, pour s’étendre au-delà de la Normandie, avec des actions menées en Bretagne, mais aussi à Lyon, aux abords de Lille, etc., mercredi 22 juillet 2015.

La mobilisation a commencé à se réduire en Normandie dans la soirée du mercredi, avec le déblocage de l’Orne, du périphérique de Caen, et de Rouen.L es derniers points chauds de Normandie ont été débloqués dans la journée du jeudi 23 juillet 2015, à 12h sur les trois ponts seinomarins, et finalement, entre 17h et 18h, le Mont-Saint-Michel, où les principaux axes de circulation étaient fermés par les agriculteurs.

Retrouvez les faits majeurs que se sont déroulés durant cette mobilisation.

Jeudi 23 juillet 2015

15h30. Le Mont-Saint-Michel sera débloqué pour 18h

Ouest-France rapporte que le Mont-Saint-Michel sera débloqué d’ici 18h : « Après un vote de la quarantaine d’agriculteurs présents sur le site, il a été décidé que les barrages seraient levés entre 17 h et 18 h ».

12h. Les pont de Tancarville, Brotonne et de Normandie rouverts à la circulation

Après plus de trois jours de blocage, les ponts de Normandie, de Brotonne et de Tancarville sont de nouveau ouverts à la circulation, depuis 12h. Les agriculteurs quittent les lieux actuellement. Pour le moment, aucun autre mouvement de contestation n’est prévu par les représentants de la FDSEA. « Pour l’instant, nous laissons les gens qui se sont grandement investis, depuis le début, rentrer chez eux, et se reposer un peu », commente Stéphane Donckele, secrétaire général de la FDSEA 76. « Nous allons prendre le temps de réfléchir à la suite à donner à nos actions. »

10h. L’accès au Mont-Saint-Michel toujours bloqué

De nouveaux blocages sont en cours sur le site touristique du Mont-Saint-Michel. Alors que les éleveurs avaient dégagé le site la veille au soir, après l’annonce d’une aide d’urgence du gouvernement, la préfecture de la Manche a annoncé de nouveaux blocages, notamment sur la RD275. Les deux routes qui mènent vers le  site touristique, la RD976 et la RD275 seraient paralysées, selon Le Parisien.

> LIRE AUSSI : [Vos réactions] Routes bloquées en Normandie, quelles conséquences ?

8h. Les barrages filtrants se poursuivent

Les agriculteurs mobilisés sur les ponts de Brotonne, Normandie et de Tancarville ont une nouvelle fois passé la nuit sur place, pour poursuivre leur mouvement de contestation. Dans ma matinée du mercredi 23 juillet 2015, vers 6h15, le pont de Tancarville était toujours fermé à la circulation, tandis que les deux autres ponts franchissant la Seine étaient partiellement ouvert. Sur le pont de Normandie, la circulation est ouverte sur une voie, dans les deux sens de circulation, avec filtrage des poids-lourds européens. Sur le pont de Brotonne, la manœuvre consiste plutôt à ouvrir et fermer la circulation en alternance, tous les quarts d’heure.

Revivez la journée du mercredi 22 juillet 2015

17h. Barrages filtrants aux ponts de Normandie et de Brotonne

Alors que les agriculteurs repartent de Rouen, les blocages sur les ponts traversant la Seine évoluent pour la plupart. Des barrages filtrants ont été mis en place sur les ponts de Brotonne et de Normandie, pour permettre de décongestionner le trafic routier. Jocelyn Pesqueux, représentant de la FDSEA 76, au pont de Brotonne, précise cependant, que « tous les camions frigorifiques alimentaires sont contrôlés, pour vérifier la provenance des produits ». En ce qui concerne le pont de Tancarville, le blocage semble encore maintenu à l’heure actuelle. L’objectif serait de maintenir la pression au moins jusqu’au jeudi 23 juillet, dans la matinée.

16h. Blocages maintenus dans la Manche

Dans la Manche, trois points de blocage sont toujours en cours autour de Carentan, Ducey et Guilberville. Les présidents et secrétaires généraux de la FDSEA 50 sont actuellement en discussion pour décider de l’évolution de la situation dans le Département.

15h30. À Caen, les agriculteurs relâchent la pression

Selon plusieurs sources, les responsables de la FDSEA du Calvados appellent à suspendre le mouvement aux alentours de Caen. Selon nos informations, le barrage d’Ifs serait levé. Les autres accès du périphérique seront débloqués dans l’après-midi.

15h. Levée de blocage place Saint-Paul, à Rouen

De premiers mouvements sont perceptibles dans les rangs des agriculteurs en colère. Sur Twitter, la Préfecture de Seine-Maritime annonce la levée du blocus sur la place Saint-Paul de Rouen. Ce blocus, fermait notamment le passage à la sortie de l’autoroute A28. Une autre levée de blocage est également signalée aux abords de la sous-préfecture du Havre, ou les trams étaient bloqués par des tracteurs en stationnement sur les voies.Pour l’heure, les ponts de Brotonne, de Tancarville et de Normandie sont quant à eux toujours bloqués par les agriculteurs.

Dans le reste de la Normandie, une levée de blocage aurait également été signalée dans l’Orne. Les axes de circulation au niveau de Sées ne sont plus encombrés, et les points stratégiques bloqués à Flers sont progressivement débloqués également.

14h. Les éleveurs sceptiques face aux annonces du gouvernement

L’annonce du déblocage des 600 millions d’euros de l’Etat ne fait pas sauter de joie les agriculteurs. A Rouen (Seine-Maritime), le secrétaire général de la FDSEA 76 Stéphane Donckele se dit « très sceptique, et déçu, même si on ne s’attendait pas spécialement à être surpris ». Ce dernier s’interroge sur la destination des 600 millions d’euros, et sous quels critères. « Ça va encore finir en longues démarches administratives et en dossiers à remplir pour, au final, recevoir 2 000 euros ! »

En attendant le détail du plan d’urgence, ce dernier affirme que les agriculteurs tiennent encore, sans préciser pour quelle durée.

Les trois ponts de Brotonne, Tancarville et de Normandie sont toujours bloqués, dans les deux sens de circulation, de même que la place Saint-Paul à Rouen.

Les agriculteurs attendent désormais de connaître plus de précisions sur les annonces qui ont été faites à 12h. « Il manque encore des choses comme la revalorisation des prix, et beaucoup d’autres choses encore. »

12h30. 600 millions d’euros débloqués par l’Etat

Selon Le Monde, le gouvernement a décidé de débloquer 600 millions d’euros d’aide pour les éleveurs français. Ces fonds entrent dans le cadre du plan d’urgence en discussion, depuis le lancement du mouvement de contestation. Ce plan d’urgence, finalisé avant présentation au Conseil des ministres compte « 24 mesures regroupées en six axes, mêlant actions conjoncturelles et structurelles ». Parmi les 600 millions d’euros annoncés, 100 millions serviront à l’annulation de charges et de cotisations et 500 millions de reports.

Le rééchelonnement des dettes agricoles sera également au cœur des discussions lors du Conseil des ministres.

12 h. Des pneus et du poulet déversés au Havre

Des pneus, du fumier et des produits frais provenant de pays étrangers ont été déversés devant la mairie du Havre.
Des pneus, du fumier et des produits frais provenant de pays étrangers ont été déversés devant la mairie du Havre.

Peu avant 12h, une dizaine de tracteurs se sont déplacés dans Le Havre (Seine-Maritime). Objectif : l’hôtel de ville, où les agriculteurs ont déversé fumier, pneus et du poulet provenant du Brésil, certainement saisi chez des grossistes. Après avoir vidé une remorque, ils sont repartis en longeant la place de l’Hôtel-de-Ville, devant le regard étonné des promeneurs.

10h. Pont de Normandie, bac de Quillebeuf, Rouen : les points noirs en Seine-Maritime

Plus de deux heures d’attente pour traverser la Seine, entre Quillebeuf-sur-Seine et Port-Jérôme. Les automobilistes doivent faire preuve de patience. Avec le blocage du pont de Normandie, du pont de Tancarville et de Brotonne, le bac est le seul moyen pour traverser la Seine entre Rouen et Le Havre. À Rouen, la circulation est toujours compliquée près du pont Mathilde et de la place Saint-Paul, au carrefour de l’A28 et de la D6015.

Mercredi 22 juillet 2015, il faut compter plus de 2h pour accéder au bac et traverser la Seine entre Quillebeuf et Port-Jérôme. (Photo envoyée par un lecteur)
Mercredi 22 juillet 2015, il faut compter plus de 2h pour accéder au bac et traverser la Seine entre Quillebeuf et Port-Jérôme. (Photo envoyée par un lecteur)

9h. À Rouen, des perturbations dans les transports en commun

Le mercredi 22 juillet 2015, Astuce, le réseau des transports en commun de la métropole rouennaise (Seine-Maritime), prévient ses usagers que plusieurs lignes de bus seront perturbées. Le métro pourrait aussi être touché. Des retards liés à la fermeture du Pont Mathilde et de la place Saint Paul, elle-même provoquée par la manifestation des agriculteurs en colère.
Les perturbations, sur le site du Réseau Astuce.

8h. Troisième jour de blocage : la circulation en Normandie

Les barrages sont maintenus en Normandie :
- Le périphérique de Caen, l’accès au Mont-Saint-Michel, mais aussi les ponts de de Tancarville et de Brotonne, entre Le Havre et Rouen, sont notamment toujours fermés à la circulation, dans les deux sens, mercredi matin, selon le CRIR (Centre d’Information routière).
– À Rouen, Bison Futé signale des points de blocage, notamment au niveau de la place Saint-Paul.
« Dans le Finistère également, le pont de Morlaix, celui de l’Iroise, à Brest, et la nationale 165 à hauteur de Quimper étaient aussi coupés à la circulation dans les deux sens », renseigne Libération.

Revivez la journée du mardi 21 juillet 2015

21h30. Les éleveurs maintiennent le blocage

Les éleveurs maintiennent les barrages en Normandie. Malgré la visite du ministre Stéphane Le Foll, les agriculteurs poursuivent leur mouvement sur le périphérique de Caen : à Carpiquet (en direction de Bayeux), sur l’A13 au niveau de Mondeville, à Ifs (vers Falaise) et sur l’A84 (en direction de la Bretagne).

21h. Fumier et produits alimentaires d’origine étrangère devant la préfecture de Seine-Maritime

Les éleveurs se sont réunis, ce soir, devant la préfecture de la Seine-Maritime. Ils comptent manifester jusqu’à 2 heures du matin. Mécontents des propos du ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, qui n’a pas évoqué selon eux le cas de la Haute-Normandie, ils ont annoncé poursuivre leur mouvement de blocage demain.

Les éleveurs se sont réunis devant la préfecture de Seine-Maritime (photo
Les éleveurs se sont réunis devant la préfecture de Seine-Maritime (photo

Ils comptent déverser du fumier et des produits alimentaires d’origine étrangère, qu’ils ont pris dans un enseigne de grande distribution, pour les déverser devant la préfecture.

Les éleveurs comptent déverser des produits alimentaires d'origine étrangère devant la préfecture (DR)
Les éleveurs comptent déverser des produits alimentaires d'origine étrangère devant la préfecture (DR)

19h30. À Rouen, les éleveurs se dirigent vers la préfecture

À Rouen, les éleveurs ont débloqué la place Saint-Paul et le pont Saint-Flaubert et se dirigent vers la préfecture. Ils doivent rencontrer le préfet vers 20 heures.

19h. Stéphane Le Foll rencontre le médiateur, ce soir à Paris

Le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll s’est exprimé après plus de deux heures d’échange avec les représentants calvadosiens et bas-normands de la FNSEA. Il a annoncé qu’une réunion avec le médiateur de la République serait prévue ce soir à Paris. « Les échanges avec les éleveurs ont été constructifs, a déclaré le ministre. « Je suis conscient de la situation de crise des trois filières agricoles. Nous avons échangé sur des questions spécifiques au Calvados et à la Basse-Normandie tels que les critères de spécialisation pour le versement des aides, qui ne correspondent pas à la réalité, selon les représentants régionaux. »
Concernant le blocage de villes comme Evreux, Rouen ou encore du pont de Tancarville et de l’accès au Mont-Saint-Michel, Stéphane Le Foll affirme ne pas vouloir apporter « des injonctions aux professionnels. J’ai beaucoup de respect pour le travail des éleveurs et des agriculteurs. »
Stéphane Le Foll a conclu son intervention en adressant ses excuses auprès des agriculteurs en colère pour l’attente  imposée avant sa décision de venir à Caen. 
Les syndicats ont de leur côté déclaré qu’ils allaient discuter avec les éleveurs afin de décider ou non de la poursuite du blocage.

Stéphane Le Foll, à Caen, mardi 21 juillet 2015 (photo : Lou Benoist)
Stéphane Le Foll, à Caen, mardi 21 juillet 2015 (photo : Lou Benoist)

17h30. À Rouen, les agriculteurs place Saint-Paul et près du pont Flaubert

Environ 65 tracteurs se trouvent au niveau de la place Saint-Paul, à Rouen (Seine-Maritime), tandis qu’une cinquantaine se sont placés près du pont Flaubert. Les agriculteurs envisagent de rester sur place jusqu’à 20h, au minimum :

Pour le moment nous bloquons le carrefour, mais avons l’intention de nous rendre dans au moins une enseigne pour contrôler l’origine des produits. 15% des agriculteurs n’ont plus rien à perdre. Ce sont 15% des agriculteurs qui vont disparaître en septembre, si rien ne bouge », indique Stephane Donckele, animateur pour la FNSEA 76. « C’est courageux de la part de Monsieur Le Foll d’être venu à Caen. Mais il faut désormais agir ».
Place Saint-Paul, à Rouen, mardi 21 juillet 2015 vers 17h20. (Photo : Timothée L'Angevin)
Place Saint-Paul, à Rouen, mardi 21 juillet 2015 vers 17h20. (Photo : Timothée L'Angevin)

16h40. « Je mets tout en oeuvre pour trouver des solutions »

À Caen, le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll a tenu à rassurer les agriculteurs en colère concernant les actions menées par le Gouvernement, pour l’avenir du monde agricole.

Je suis dans un état d’esprit de respect. Je mets tout en oeuvre avec le Gouvernement pour trouver des solutions. Je suis là pour être prêt et être mobilisé.

Ce dernier a rappelé « qu’il y avait des choses en cours », notamment « un travail de médiateurs, durant la semaine ».

J’essaie à la fois de respecter la demande du terrain et les engagements à l’échelle nationale, sur l’ensemble du territoire. Je suis un ministre qui tient compte de l’ensemble des situations.
IMG_8408_1.jpg
Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, est venu à la rencontre des éleveurs, à Caen. (Photo : Lou Benoist)

16h30. À Rouen, une cinquantaine de tracteurs sur l’A28

Les agriculteurs ont prévu de bloquer les accès au pont Flaubert et la place Saint-Paul, de part et d’autre de Rouen (Seine-Maritime). Vers 16h20, une cinquantaine de tracteurs se trouvaient sur l’A28 et faisaient route vers Rouen, à hauteur du tunnel de la Grand-Mare. La circulation est perturbée dans le secteur. Près du pont de Tancarville, quatre kilomètres de bouchons sont recensés par Bison Futé. Le pont de Normandie est bloqué dans les deux sens.

Les agriculteurs bloquent désormais les accès à Rouen. (Photo DR)
Les agriculteurs bloquent désormais les accès à Rouen. (DR)

15h30. La préfecture entourée par les CRS, le quartier bouclé

Stéphane Le Foll est attendu vers 16h, à Caen (Calvados). Le quartier de la préfecture a été entièrement bouclé. Des CRS sécurisent actuellement les lieux.

De nombreux camions de CRS se trouvent près de la préfecture, à Caen. (Photo : Philippe Rifflet)
De nombreux camions de CRS se trouvent près de la préfecture, à Caen. (Photo : Philippe Rifflet)

15h. Plus de 400 camions bloqués à Flers

Une heure avant le début de la réunion entre le ministre Stéphane Le Foll et une délégation de représentants syndicaux, la mobilisation ne faiblit pas. Dans l’Orne, plus de 150 agriculteurs sont toujours réunis à Sées pour maintenir les blocages sur les principaux axes de circulation. Une mobilisation sans faille également à Flers, où la rocade entourant une grande partie de la ville est toujours complètement bloquée aux poids-lourds. « Nous avons plus de 400 camions qui sont bloqués pour le moment », commente le secrétaire général FNSEA 61, Marc Gegu. « La venue du ministre était attendue, mais c’est surtout le rapport des médiateurs qui nous intéresse. C’est une satisfaction de le voir venir à Caen, mais malheureusement il nous a fallu mettre une très forte pression pour qu’il soit là. En attendant, on ne lâche rien du tout. »

14h30. « Ne nous affolons pas ! »

Loin d’afficher un enthousiasme à toute épreuve, suite à l’annonce de la venue de Stéphane Le Foll à Caen, Sébastien Amand, président de la FDSEA 50, préfère rester prudent. « C’est plutôt une bonne chose que les politiques daignent s’intéresser à nous. Mais ne nous affolons pas, nous ne savons pas encore avec quoi il va venir dans sa besace ! » Une réunion préparatoire entre délégués de la FNSEA et des Jeunes agriculteurs doit se tenir pour permettre de mettre à plat les sujets qui seront évoqués avec le ministre, lors de la réunion programmée entre 15h30 et 16h, à Caen. « Nous allons juger de la bonne foi et de la bonne volonté des pouvoirs publics et du gouvernement, pour déterminer les suites de l’opération. » En attendant, les blocages sont maintenus sur l’ensemble du territoire de la Manche.

14h. Blocage au Mont-Saint-Michel, des images impressionnantes

Alors que les agriculteurs du Calvados attendent la venue du ministre de l’Agriculture à Caen, retrouvez des images du blocage du Mont-Saint-Michel, prises par BFM TV depuis un hélicoptère, montrant la mobilisation des manifestants sur l’un des sites les plus visités de France, et dont accès est encore aujourd’hui fermé aux touristes.

13h30. « C’est un des éléments que l’on attendait »

Suite à l’annonce de la venue à Caen de Stéphane le Foll, ministre de l’agriculture, les premières réactions dans les rangs des agriculteurs en colère, se font entendre. Jean Turmel, président de la section lait de la FRSEA Basse-Normandie, ne cache pas sa satisfaction. « C’est un des éléments que l’on attendait. C’est aussi symbolique, qu’il se rende compte que le centralisme parisien ne peut pas marcher, et qu’il ne s’agit pas de s’enfermer à Paris quand il y a un problème. » Jean Turmel voit dans cette venue à Caen une forme de « compassion » à l’encontre des agriculteurs, et une prise en compte de la voix des syndicats. « Cela montre qu’il y a encore un respect des syndicats. Les jeunes agriculteurs ont eu raison de forcer la main. Après il reste encore à voir le contenu sur pièce des propositions demain, et cet après-midi. Pour le moment, nous comptons lui faire voir la réalité de ce qui se passe chez nous, avec des exemples précis. »
Cette venue de Stéphane Le Foll à Caen ne signifie pas pour autant la fin de la mobilisation et des blocages sur les routes de Normandie. « Ce n’est pas le moment de lâcher. Tout le monde est sur les routes en espérant que des choses suffisantes nous soient proposés pour nous sortir de là. »

Agri2.jpg
Près de Caen, les poids-lourds sont bloqués. (Photo : Briac Trébert)

13h. Coup de théâtre : Stéphane Le Foll à Caen

Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, va se rendre à Caen, dans l’après-midi du mardi 21 juillet 2015, pour rencontrer les responsables agricoles. Il devrait notamment annoncer des mesures pour alléger les dettes des éleveurs et des producteurs de lait.
La veille et au cours de la matinée, il avait assuré qu’il ne viendrait pas. Il a fait cette annonce à l’issue de la réunion de crise à Matignon, convoquée par le Premier ministre Manuel Valls.
Au cours de la matinée, le mouvement initié dimanche 19 juillet dans le Calvados s’était propagé dans toute la Normandie. Pour l’heure, les blocages sont maintenus.

11h30. Rouen, prochaine ville paralysée

Bloqué par les agriculteurs depuis 10h30, le pont de Tancarville est désormais fermé à la circulation, dans les deux sens et le péage est également bloqué.
Alors que le pont de Normandie est également impacté par la mobilisation des agriculteurs, le mouvement social doit s’étendre dès le début de l’après-midi à Barentin (Seine-Maritime). Les agriculteurs se donnent rendez-vous au parking du magasin Carrefour à 15h, avant de prendre l’A150 en direction de Rouen, pour bloquer l’accès au pont Flaubert.
« Deux autres convois sont prévus et partiront de Neufchâtel-en-Bray et de Saint-Jacques-sur-Darnétal », précise l’animateur FDSEA 76 Cyril Cornille. « Ils feront un barrage au niveau de la place Saint-Paul, à Rouen, vers 16h. »

11h. Manuel Valls convoque une réunion de crise, ce midi

Le Premier ministre, Manuel Valls, a convoqué une réunion de crise pour le mardi 21 juillet 2015 à midi. Autour de la table, doivent se réunir Stephane Le Foll, ministre de l’Agriculture, le ministre de l’Économie Emmanuel Macron, le secrétaire d’État du Budget Christian Eckert et le secrétaire d’État au Commerce extérieur Mathias Fekl, indique le magazine Challenges.

10h30. Un plan d’urgence déclenché

François Hollande a annoncé un « plan d’urgence » en faveur des éleveurs. Il sera présenté mercredi 22 juillet, lors du Conseil des ministres, indique Le Monde. Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, a également annoncé que le rapport du médiateur de la République, sur les prix payés aux éleveurs, serait rendu dès le mardi 21 juillet 2015 au soir, à la place de mercredi 22 juillet.

Je demande à tous les agriculteurs de comprendre que nous sommes tous mobilisés, nous sommes conscients de leurs difficultés, elles sont très grandes et elles appellent des mesures structurelles – elles seront prises – et des mesures conjoncturelles, c’est-à-dire l’urgence, elles seront également décidées demain », s’est justifié le président de la République.

Vidéo. Le Ministre de l’Agriculture annonce qu’il ne viendra pas en Normandie :

9h30. Les ponts de Normandie et de Tancarville bloqués dès 10h30

La mobilisation de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs s’étend également en Seine-Maritime, avec des blocages programmés sur les ponts traversant la Seine. « Les actions sont menés conjointement par la FDSEA 76 et les JA, à partir de 10h30 », annonce Cyril Cornille, animateur à la FDSEA 76. « Les accès aux ponts de Tancarville et de Normandie seront bloqués par les agriculteurs. »
Une seconde action, d’un autre genre sera également menée dans tout le département. Les agriculteurs iront faire des vérifications de produits chez les différents grossistes tels que Promocash et Métro, pour s’assurer qu’il n’y a pas de produits frais d’origine étrangère. « L’objectif est de ramener, si possible, tous les produits étrangers à la préfecture ce soir, vers 20h. »

 

La circulation à Flers (Orne) est très compliquée, mardi 21 juillet 2015. (Photo : L'Orne Combattante)
La circulation à Flers (Orne) est très compliquée, mardi 21 juillet 2015. (Photo : L'Orne Combattante)

9h. Circulation difficile dans la Manche et dans l’Orne

Manche.
Dans la Manche, la mobilisation s’étend sur différentes villes du département, avec des barrages mis en place dès 6h à Carentan, et d’autres points de blocage organisés à Ducey, Guilberville, et Avranches. Après un relâchement tôt dans la matinée, lamobilisation des agriculteurs en colère reprend de l’ampleur pour bloquer les principaux axes routiers. Au Mont-Saint-Michel, le blocage est maintenu, les agriculteurs attendant « de voir comment cela évolue à Caen, qui est le moteur de cettemobilisation », commente Sébastien Amand, représentant de la FDSEA 50. « Nous voulons montrer que la Manche aussi est mobilisée. Une réunion est organisée dans l’après-midi avec les directeurs de toutes les enseignes de grande distribution du département, dans le cadre d’une “opération vérité sur les prix”. »

Orne.
Avec l’installation de barrages filtrants, depuis 20h, lundi 20 juillet 2015, la circulation autour de Flers (Orne) et dans le centre-ville devient très compliquée. Les principaux ronds-points ponctuant les entrées de ville sont bloqués par des agriculteurs de laFDSEA 61 et des Jeunes agriculteurs de l’Orne. Les camions transportant des produits frais ou du lait sons systématiquement bloqués et contrôlés par les agriculteurs, qui veulent vérifier la provenance des produits. A Sées (Orne), les actions sontsimilaires, et une dizaine de camions sont toujours bloqués. « Ils transportent des produits frais tels que de la viande venant de l’étranger », précise Marc Gégu, de la FDSEA 61. Les actions sur l’A28 et l’A88 sont suspendues, les agriculteurs procédant plutôt àdes blocages dans les environs de l’autoroute. Au total environ 200 agriculteurs seraient mobilisés dans le département, et une centaine de tracteurs sont utilisés pour renforcer les barrages.

Calvados.
Point de départ de la mobilisation des agriculteurs en Normandie, les barrages mis en place dans le Calvados sont maintenus. Le périphérique sud de Caen est toujours bloqué par des tracteurs, tandis que la circulation est encore possible sur l’ensemble du périphérique Nord. Aucune annonce de levée de barrage n’a été faite pour le moment.

8h30. Les entrées d’Évreux bloquées

Circulation compliquée à Évreux (Eure). Les agriculteurs bloquent la totalité des accès à Évreux, à l’hôpital de Cambolle, au café de Cambolle (route de Conches-en-Ouche), au rond-point de Cora, route de Saint-André, au rond-point de la base aérienne 105, sur la N13, à Gravigny… Bison Futé signale d’importants bouchons de part et d’autre de la ville, sur la N13 et la D6013.

 

Devant la préfecture de l'Eure, à Evreux, de la paille est éparpillée. (Photo d'un lecteur)
Devant la préfecture de l'Eure, à Evreux, de la paille est éparpillée. (DR)

7h. Les blocages, ce matin

Les agriculteurs ont levé les blocages au Mont-Saint-Michel, et sur une partie de l’A84, indique Ouest-France. Mais le périphérique de Caen reste largement bloqué. Sur la N13, et la N12 (Orne), de nouveaux barrages ont été mis en place. Les axes fermés (source : Centre national d’informations routières) :

Calvados.
- Barrage bloquant A84 (deux sens) au PR 262 à Verson (en amont de la Porte de Bretagne)
– Périphérique de CAEN (N814) à Mondeville situé à proximité de l’échangeur 01-Porte de Paris, à Saint-Germain-la-Blanche-Herbe situé à proximité de l’échangeur 08-Bessin, à Bretteville-sur-Odon situé à proximité de l’échangeur 09-Porte de Bretagne, à Fleury-sur-Orne situé à proximité de l’échangeur 11-Suisse Normande, à proximité de l’échangeur 13-Porte d’Espagne, à Cormelles-le-Royal situé à proximité de l’échangeur 14-Cormelles. Restriction à Ifs situé à proximité de l’échangeur 12-Ifs.

Eure.
– Les accès à la N13, depuis Évreux, sont bloqués.

Manche.
- A84 – Route fermée, applicable à tous les véhicules au PR 162+167 à Poilley dans le sens Rennes – Caen

Orne.
- Barrage filtrant N12, de Alençon vers Mayenne à PACE au PR 72
– Barrage filtrant D438, entrée de SEES

Les commentaires sont fermés temporairement veuillez nous excuser.