Rouen Des chercheurs rouennais évaluent le trafic routier... en cas de crise majeure !

Comment réagiraient les automobilistes en cas d'explosion d'usine, fuite de gaz ou… camion en feu sur un pont ? Des chercheurs rouennais élaborent un modèle. Explications.

Mise à jour : 08/07/2013 à 16:10 par Hervé Pinson

L'équipe de modélisation et de traitement graphique en géographie de l'université de Rouen espère bien valoriser son modèle pour une application utile dans le domaine civil (photo Hervé Pinson)
Baptiste Blanpain (ingénieur de recherche), Patrice Langlois (professeur émérite, mathématicien et géographe), Pierrick Tranouez (ingénieur de recherche), Patrick Taillendier (maître de conférence en géographie, informaticien) et Guillaume Czura (doctorant en géographie). Chargé de recherche au CNRS, Eric Daudé fait aussi partie de l'équipe (photo Hervé Pinson)

Une équipe de chercheurs géographes et informaticiens de l’université de Rouen planche depuis 2007 sur la modélisation et la simulation des phénomènes spatiaux, notamment dans l’agglomération rouennaise. Ils cherchent à simuler le trafic routier en cas de crise. Leur idée : prévoir ce qui se passerait si, par exemple, un camion prenait feu sur le pont Mathilde ! Ou si une usine explosait, si une fuite de gaz où un problème majeur survenaient…

Il s’agit de faire des prédictions en faisant tourner un modèle, explique Pierrick Tranouez, ingénieur de recherche. On entre des données géographiques et on place X voitures sur le réseau en fonction du jour et de l’heure, avec une intelligence pour chaque véhicule. Puis on voit ce qui se passe lorsqu’un phénomène arrive à tel endroit.

Prendre en compte les comportements individuels

Nom de code de ce projet : Mosaiic, pour Modélisation, Simulation, Accident Industriel, Individu Centré. Confié à l’équipe MTG (Modélisation et traitement graphique en géographique) de l’unité mixte de recherches IDEES (Identité et différenciation des espaces, des environnements et des sociétés) de l’université de Rouen, en collaboration avec le laboratoire d’informatique Litis (Laboratoire d’Informatique, de Traitement de l’Information et des Systèmes), il est cofinancé par la Région Haute-Normandie dans le cadre de la recherche sur les risques technologiques.

Tout l’intérêt de ces travaux reposent justement sur les comportements individuels des usagers de la route, passés au crible et exploités par le système mis au point par les chercheurs rouennais. C’est là que le modèle devient complexe et puissant : il intègre aussi des enquêtes de déplacements pour anticiper sur la direction et la destination des conducteurs.

L’enrichissement est permanent. Les modèles sont déjà au point même s’ils sont toujours perfectibles. Nous commençons à discuter avec un certain nombre d’opérateurs liés au trafic routier, comme le Centre d’études techniques de l’Equipement (CETE). Nous discutons aussi avec les sapeurs-pompiers pour avoir un retour d’expérience, dans l’idée d’intégrer toujours des comportements routiers. Et nous avons aussi besoin de données de trafic routier.

On parle ici d’intelligence artificielle distribuée, avec un modèle à base d’agent (module informatique qui simule un automobiliste). Mosaiic commence à se faire connaître auprès des pouvoirs publics. Des contacts sont pris pour valoriser le système.

Voici quelques images du projet Mosaiic :

MOSAIIC from Pierrick Tranouez on Vimeo.

Aider les autorités à décider en cas de crise

A terme, ce modèle pourra permettre, lors d’une crise majeure, d’assister les autorités compétentes dans leurs décisions, d’anticiper sur les mesures à prendre. À Rouen ou ailleurs.

La prévention des risques technologiques prend habituellement plutôt en compte les personnes statiques, chez elles ou au travail, et assez peu les conséquences directes et instantanées sur le réseau routier.

Le travail de l’équipe de recherche rouennaise vise à combler ce manque. Avec, qui sait, peut-être un jour un transfert de technologie à la clé pour valoriser ce long travail ?

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.