Dentifrices, déodorants, crèmes. Ces molécules toxiques découvertes dans vos produits de beauté

L'UFC Que choisir publie une étude sur la présence de molécules toxiques dans des produits cosmétiques. 185 produits sont épinglés. Les consommateurs sont appelés à la vigilance.

Mise à jour : 23/02/2016 à 12:09 par Solène Bertrand

(Photo d'illustration : Fotolia. Tatty)
L'UFC-Que choisir a rendu publique son étude sur la présence de produits toxiques dans les cosmétiques. (Photo d'illustration : Fotolia. Tatty)

L’association de consommateurs, UFC-Que choisir, publie une étude sur la présence de molécules toxiques dans les produits cosmétiques. 185 produits vendus en grandes surfaces ont été sélectionnés par l’association. Utilisés au quotidien par les petits et grands, ces produits cosmétiques contiennent des produits et éléments toxiques. UFC-Que choisir a constitué une base de données, permettant d’informer et d’alerter les consommateurs, qui sont appelés à jouer les « veilleurs de marché » en transmettant leurs observations à l’association, afin de faciliter la mise à jour de cette base de données.

> Lire aussi : Produits pour bébé. Trop de substances à risque, alerte une association

Faire la chasse aux substances indésirables

Dentifrices, shampooings, déodorants, crèmes de visage vendus dans les rayons des supermarchés contiennent « des substances préoccupantes du fait de leur caractère toxique, allergisant, irritant ou perturbateur endocrinien », indique l’UFC-Que choisir.

Pour les allergènes on dénombre 62 produits, dont 55 contiennent de la Methylisothiazolinone (MIT) un allergène majeur d’autant plus irritant qu’il est très majoritairement ajouté à des produits non rincés qui resteront en contact prolongé avec la peau. S’agissant des perturbateurs endocriniens, pas moins de 101 produits en recèlent, dont 44 sous la forme d’ethylhexyl-methoxycinnamate, un filtre UV perturbant le fonctionnement oestrogénique et thyroïdien, alerte l’association.

Même les grandes marques sont épinglées par l’UFC-Que choisir. 26 produits contenant du parabène ont été identifiés sur l’ensemble des produits recensés. Pire : des lingettes pour bébé en vente dans les grandes surfaces contiennent du phenoxyethanol, un conservateur toxique pour le foie et le sang ! Cette étude fait écho à celle précédemment publiée, le 15 février 2016, par l’organisation non gouvernementale (ONG) Women in Europe for a common future (WECF), qui révélait que sur les 341 produits cosmétiques pour bébés qu’elle avait analysés, 299 seraient composés d’ingrédients susceptibles de nuire à la santé de l’enfant.

Ne pas se fier aux mention sans parabène ou hypoallergénique

L’UFC-Que choisir met en garde les consommateurs : il est recommandé de ne pas se fier aux fausses mentions marketing apposées sur le produit, indiquant qu’il est soit « sans parabène », soit « hypoallergénique ». Certains produits portant ces mentions comporteraient du MIT, « un conservateur auquel des dermatologues ont décerné en 2013 la palme peu enviable de l’allergène de l’année. » Si vous êtes en possession d’un des 185 produits recensés par l’association de défense des consommateurs, un conseil : poubelle ! Pour avoir des garanties, il est conseillé de se tourner vers le bio :

On trouve moins de composés problématiques dans les produits bio. La réglementation qui encadre ces produits interdit l’usage des substances problématiques (tels les parabènes à longue chaîne, l’EDTA, les émulsifiants d’origine synthétique ou autres) là où la réglementation européenne les autorise encore… Les produits bio sont donc l’une des seules garanties faciles qu’on peut avoir aujourd’hui, de manière facile », confie au Monde Olivier Andrault, chargé de mission à l’UFC-Que choisir.

L’UFC-Que choisir invite également les consommateurs à jouer les veilleurs de marché en transmettant leurs observations à l’adresse ingredient.cosmetique@quechoisir.org pour alimenter et mettre à jour cette base de données ou sur le forum dédié « Cosmétiques ».

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.