Val-de-Reuil Dans « Merci patron », cet élu de Normandie qui joue les acteurs malgré lui

Dans « Merci patron », le documentaire engagé de François Ruffin contre Bernard Arnault et le groupe LVMH, l'élu de l'Eure, Marc-Antoine Jamet, joue les acteurs malgré lui.

Mise à jour : 03/03/2016 à 11:23 par Solène Bertrand

Marc-Antoine Jamet, maire de Val-de-Reuil (Eure) et conseiller régional de Normandie, est acteur (malgré lui) du film de François Ruffin, dans le cadre de ses fonctions de secrétaire général du groupe de luxe LVMH. (Photo © Merci Patron !)
Marc-Antoine Jamet, maire de Val-de-Reuil (Eure) et conseiller régional de Normandie, est acteur (malgré lui) du film de François Ruffin, dans le cadre de ses fonctions de secrétaire général du groupe de luxe LVMH. (Photo © Merci Patron)

Merci patron, le documentaire de François Ruffin, sorti dans les salles le 24 février 2016, connaît déjà un beau succès : plus de 38 000 personnes sont allées voir le film du journaliste engagé, créateur de Fakir, proclamé « journal fâché avec tout le monde ou presque ». Pas étonnant que ce Michael Moore français s’attaque aux grosses fortunes de France, s’engageant dans une lutte non dissimulée contre Bernard Arnault, grand patron de LVMH (Moët Hennessy Louis Vuitton). Vedette, malgré lui, du film : Marc-Antoine Jamet, secrétaire général de LVMH, et maire PS de Val-de-Reuil (Eure). Explications.

Merci patron : l’hymne des Charlots

L’idée de François Ruffin : racketter en toute discrétion Bernard Arnault pour obtenir réparation financière pour le couple Klur, licencié d’une filiale textile du groupe en 2008. Jocelyne et Serge travaillaient dans une usine Kenzo, implantée en Picardie. Depuis, le travail a été délocalisé en Pologne et le couple n’a pas retrouvé d’emploi.
Étranglés par les dettes, les deux anciens employés de Bernard Arnault doivent apprendre à vivre avec trois euros par jour, uniquement. Pire : ils risquent d’être expulsés de leur maison. Pour se sortir de cette situation inextricable, il faudrait 40 000 euros et un salaire mensuel, qui tombe.
François Ruffin, journaliste originaire d’Amiens, vient à leur secours. Sous prétexte « d’aider Bernard Arnault à redonner un sens à sa vie », il invente l’arnaque, en version lutte des classes. Son idée ? Demander à Bernard Arnault de dédommager le couple et de réparer les dégâts causés par la politique de son groupe, LVMH. Le pavé dans la mare est lancé.

Vidéo. Merci patron des Charlots :

Le silence feint de Marc-Antoine Jamet

Menaçant de venir perturber l’assemblée générale des actionnaires de LVMH et d’alerter la presse, si le grand patron n’accède pas à leur demande, le couple, dans un courrier écrit par le journaliste François Ruffin, donne quelques jours au PDG pour réagir. Et ça marche !

Vidéo. La bande-annonce de Merci patron :

Un émissaire prend contact avec eux pour négocier. En échange d’un silence complice, LVMH accepte de verser 35 000 euros au couple et un salaire à Serge Klur. Le tout a bien évidemment été filmé en caméra cachée ! C’est là qu’entre en scène Marc-Antoine Jamet, secrétaire général de LVMH, mais aussi maire PS de Val-de-Reuil (Eure) et conseiller régional de Normandie.
On le voit, dans le film, essayer d’empêcher un groupe constitué de militants de perturber l’assemblée générale des actionnaires. La politique au service de l’économie. Contacté par les journalistes du Monde, l’homme joue les naïfs :

Même Marc-Antoine Jamet, député (Ndlr, il est maire et conseiller régional, mais pas député) socialiste fabiusien et secrétaire général de LVMH, a l’air de tomber des nues lorsqu’on le joint au téléphone pour lui parler du réalisateur. « Un article sur François Ruffin ? Qui vous a parlé de moi ? » On trouve étonnant de devoir lui expliquer qu’il est dans le film, faisant les missi dominici de Bernard Arnault, affirmant des choses dont on sait, nous, spectateurs, qu’elles sont fausses, et jouant benoîtement au poker alors qu’on voit tout son jeu. Marc-Antoine Jamet a promis de nous rappeler, mais, malgré nos efforts, il ne répondra plus au téléphone », rapporte Le Monde.

Étrange silence pour un élu, qui a gagné le doux surnom de « mitraillette » pour sa capacité à communiquer sur ses déplacements. On se souvient de ses frénétiques tweets postés lors du voyage présidentiel en Inde, en janvier 2016.

> Lire aussi : Un maire de l’Eure twitte en rafales la visite de François Hollande en Inde

Bienvenue chez les Ch’tis, mais de gauche !

François Ruffin est le trublion à l’origine de cette charge contre le milliardaire français, Bernard Arnault. Celui qui arbore fièrement un tee-shirt « I love Bernard », soucieux de donner un sens à la vie de ce grand patron, l’avoue : « Merci patron, c’est Bienvenue chez les Ch’tis, mais de gauche ». S’inscrivant dans le sillage du réalisateur américain, Michael Moore (Bowling for Columbine, Fahrenheit 9/11, Sicko), le journaliste, connu pour son travail engagé et ses reportages dans l’émission de Daniel Mermet, Là-bas si j’y suis, dit avoir agi au nom de la justice sociale.

J’ai toujours été animé par un sentiment d’injustice. Quand vous la dénoncez, de même que la précarité, ça reste de l’ordre du concept. Mais quand vous êtes confronté à une situation comme celle des Klur, vous la ressentez dans vos tripes. Vous êtes alors habité par une sorte de rage qui vous ferait soulever des montagnes », confie François Ruffin à L’Obs .

> Lire aussi : Le cinéaste, Michael Moore, en tournage en Normandie !

Ken Loach débarque en terres picardes : sous la caméra du documentariste, se révèlent le monde de l’actionnariat, les coulisses de l’économie et du pouvoir. Pour preuve, le silence gêné de nombreux journalistes qui n’ont pas chroniqué le film (LVMH est propriétaire des Échos et du Parisien, ndlr). De même ceux du groupe Lagardère, qui possède par exemple Europe 1 : « la presse vit largement de la pub de luxe », rappelle Le Canard enchaîné.

Vidéo. François Ruffin, invité de Jean-Michel Apathie, dans Europe Midi :

François Ruffin veut voir, dans son film, un nouvel élan :

Quand je vois le désarroi actuel de la « gauche » – j’y mets des guillemets – je me dis que Merci Patron ! est peut-être le début de quelque chose. Il parle aux intellos et au populo. Il fonctionne.
  • Infos pratiques :
    Du 3 au 8 mars 2016, Merci patron sera projeté au cinéma Lux, à Caen (Calvados)
    Lundi 14 mars,  à 20h30, au Sirius, 99 avenue Foch, au Havre (Seine-Maritime)

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.