Les Andelys Dans l'Eure, un ex-gendarme condamné pour le vol d'un iPad, chez une veuve

Un ex-gendarme était jugé, vendredi 22 mai 2015, par le tribunal correctionnel d’Évreux. Il avait volé une tablette tactile à un homme qui venait de décéder, aux Andelys.

Mise à jour : 25/05/2015 à 13:56 par La Rédaction

 

L'ex-gendarme a été condamné à un an de prison avec sursis pour un vol commis aux Andelys. (Photo d'illustration)
L'ex-gendarme a été condamné à un an de prison avec sursis pour un vol commis aux Andelys. (Photo d'illustration)

Le mercredi 4 février 2015, les gendarmes étaient appelés par une femme, dont le mari venait de décéder, aux Andelys (Eure). Aussitôt, la gendarmerie ouvre une enquête pour déterminer les circonstances de son décès. Dans le logement, ce soir-là, secours, employés des pompes funèbres et enquêteurs interviennent. Si la cause du décès, une mort naturelle, est rapidement établie, une autre enquête va être ouverte… pour vol.

Une tablette tactile volée

Car la femme va se rendre compte qu’une tablette tactile a disparu. La dernière connexion a eu lieu dans le logement du défunt, mais après le décès de celui-ci. La veuve porte plainte et un militaire, gradé depuis peu, va avouer le vol au cours de sa garde à vue. L’homme avait profité de l’absence de la veuve, qui discutait avec son supérieur, pour dérober l’iPad. Il avait été placé sous contrôle judiciaire le 11 avril 2015.
Âgé de 44 ans, il est respecté de ses collègues. Père de famille, il gagne raisonnablement bien sa vie, même si, selon une source proche du dossier, son budget est alors serré. Ce vol, l’unique dans sa carrière de gendarme, a conduit à sa radiation, dès le 1er mai 2015.

Il a tout perdu, pour un objet dont il reconnaît qu’il n’avait même pas besoin. Pour 200 ou 300 euros. Aujourd’hui, il exerce un emploi saisonnier », confie une source proche du dossier. L’ex-gendarme, dont les enfants sont en âge de faire des études, a déménagé dans le sud de la France.

Un an de prison avec sursis

À l’audience devant le tribunal correctionnel d’Évreux, l’homme, convoqué pour « vol par personne dépositaire de l’autorité publique à l’occasion de l’exercice de ses fonctions », est absent. Il a demandé à être jugé malgré tout. Il n’est pas non plus représenté par un avocat.
Le substitut du procureur, Aurélien Martini, estime que cette affaire est « un gâchis terrible » et requiert un an de prison avec sursis. C’est la peine qui sera prononcée par les juges, qui ont également condamné l’ex-gendarme à une amende de 5 000 euros et à l’interdiction d’exercer toute fonction ou emploi public durant les cinq prochaines années.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.