Pont-de-l'Arche Dans l'Eure, un enfant de trois ans poignardé chez lui. Le suspect hospitalisé

Un enfant de trois ans a été poignardé à deux reprises, sans raison, dans le jardin familial, par un homme de 56 ans, à Pont-de-l'Arche (Eure), samedi 10 octobre 2015, vers 15h30.

Mise à jour : 11/10/2015 à 17:49 par Timothée L'Angevin

Les gendarmes ont interpellé un suspect quelques minutes après les faits (photo d'illustration)
Les gendarmes ont interpellé un suspect quelques minutes après les faits (photo d'illustration)

Incompréhension à Pont-de-l’Arche (Eure). Samedi 10 octobre 2015, vers 15h30, un enfant de trois ans qui jouait dans la cour de la maison familiale a été poignardé par un passant. Selon les premiers éléments de l’enquête, le suspect, un homme de 56 ans, serait, à la vue du garçonnet, entré dans la propriété par le portail qui n’était pas verrouillé.

Il lui a asséné deux coups de couteau au thorax, sans raison apparente, indique un enquêteur à Normandie-actu. Les parents ont immédiatement réagi. L’homme s’est alors enfui. »

Le petit garçon hospitalisé en Seine-Maritime

La toute jeune victime a été immédiatement prise en charge par les secours et évacuée à l’hôpital d’Elbeuf (Seine-Maritime). Ses blessures ne seraient que superficielles et son pronostic vital ne serait pas engagé. Dimanche 11 octobre, l’état de santé de l’enfant serait « rassurant et stabilisé », selon les gendarmes. « Il restera néanmoins en observation encore quelques jours », précise un enquêteur à Normandie-actu.

Propos incohérents et automutilations

Les gendarmes de Pont-de-L’Arche se sont mis immédiatement à la recherche du suspect, qui a été retrouvé quelques minutes après les faits, dans une ruelle. Il n’aurait opposé aucune résistance durant l’interpellation. « L’homme a une attitude étrange et tient des propos incohérents », précise l’enquêteur. Il présente de nombreuses blessures à l’arme blanche sur le corps. « Il s’agit probablement d’automutilations. » Il a été conduit à l’hôpital.

« Acte gratuit »

Dimanche 11 octobre, au vu du profil et du comportement du suspect, les médecins ont décidé de le placer dans un établissement psychiatrique. Il ne pourra pour le moment pas être entendu par les gendarmes. Les raisons qui l’ont poussé à poignarder le garçon restent inconnues. Mais les enquêteurs s’orientent vers un « acte gratuit  ».

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.