Évreux Dans l'Eure, le Front National remplace son secrétaire départemental

Emmanuel Camoin, secrétaire départemental de l'Eure du FN, a été remplacé, lundi 4 mai 2015, sans aucun rapport avec la guerre qui oppose les Le Pen père et fille, assure-t-il.

Mise à jour : 06/05/2015 à 12:07 par Timothée L'Angevin

Emmanuel Camoin sera remplacer par Timothée Houssin à la tête du Front National de l'Eure (Photo : l'Éveil Normand)
Emmanuel Camoin sera remplacé par Timothée Houssin à la tête du Front National dans l'Eure. (Photo : L'Éveil Normand)

C’est le fruit du « hasard ». Emmanuel Camoin, secrétaire département du Front National dans l’Eure, est formel : son remplacement, lundi 4 mai 2015, n’est en aucun cas lié à la guerre qui oppose les Le Pen père et fille. « Les responsables du parti voulaient changer », précise-t-il simplement à Normandie-Actu. Timothée Houssin, 26 ans, candidat aux élections départementales à Pont-Audemer, lui succédera.
Pour Emmanuel Camoin, il s’agit de placer quelqu’un qui peut se consacrer « à 100% » à son poste. « Avec mon entreprise, j’ai des obligations et je ne peux pas me dévouer totalement à mes responsabilités au sein du parti, souligne-t-il. Ces changements se sont également opérés en Seine-Maritime et dans le Calvados. »

« Ce n’est pas un mauvais choix »

Et ce qu’il pense de son successeur ? « Ce n’est pas un mauvais choix. Il sait défendre les arguments. » Le conseiller municipal d’Évreux compte toutefois garder un pied au sein de la direction départementale du parti. « Je l’assisterai, affirme-t-il. Mais là n’est pas la question. Nous avons besoin des militants, de relais, pour gagner les élections régionales (Ndlr, en décembre). »
Pour le moment, le Front National doit résoudre ses problèmes internes, même si Emmanuel Camoin pense qu’ils n’auront pas d’incidence sur les prochaines élections. « J’espère que le parti ne revivra pas la même rupture qu’en 1999 entre Jean-Marie Le Pen et le numéro deux du FN, Bruno Mégret. » S’il n’approuve pas ce qu’a dit le président d’honneur du parti, « nier l’existence des chambres à gaz équivaut à nier l’existence des tranchées pendant la Première Guerre mondiale, il n’y a rien de nouveau », estime-t-il. « C’est simplement dommage qu’il récidive. »

> LIRE AUSSI : Le secrétaire départemental du FN en Seine-Maritime « déplore les facéties de Jean-Marie Le Pen »

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.