Bernay Dans l'Eure, le maire poussé vers la sortie. De nouvelles élections en mai

Après le « putsch » à l'encontre du sénateur-maire de Bernay (Eure), Hervé Maurey, le préfet a annoncé l'organisation de nouvelles élections municipales en mai 2016.

Mise à jour : 10/05/2016 à 11:49 par Karine Lebrun

Le sénateur-maire de Bernay, après avoir été désavoué par une partie de sa majorité municipale, a annoncé sa démission (©Eveil normand).
Le sénateur-maire de Bernay, après avoir été désavoué par une partie de sa majorité municipale, a annoncé sa démission. (© L'Éveil Normand)

Les habitants de Bernay (Eure) vont retourner aux urnes. Dans un communiqué publié vendredi 18 mars 2016, le préfet de l’Eure indique que de nouvelles élections municipales seront organisées pour élire un nouveau conseil, comme « plusieurs conseillers municipaux ayant fait connaître leur souhait de démissionner ». Elles se tiendront les 22 et 29 mai 2016.
Le sénateur-maire UDI de Bernay, Hervé Maurey, depuis son engagement sur la liste du Président de Région, Hervé Morin, avait toujours dit vouloir quitter ses fonctions municipales et la présidence de la communauté de communes de Bernay, pour respecter la loi sur le cumul des mandats qui entrera en vigueur en 2017. Mais il n’imaginait pas être écarté de ces fonctions, avant cette échéance, le 1er janvier 2017. Sa majorité ne lui a pas laissé le choix.

> Lire aussi : Régionales en Normandie. Deux recours déposés pour tenter de faire annuler l’élection

Un candidat LR bouscule la donne

Vendredi 11 mars 2013, alors qu’il présentait à sa succession, son premier adjoint, Jean-Hugues Bonamy, un des membres de sa majorité municipale lui a soufflé la place. « Une grande trahison », a réagi Hervé Maurey, qui a annoncé deux jours plus tard, sa démission des fonctions de maire. De nouvelles élections sont à prévoir.

J’ai décidé ce soir de démissionner de mes fonctions de maire et de provoquer des élections municipales, pour que ce soient les Bernayennes et les Bernayens qui choisissent leur prochain maire », annonçait dès lundi soir, le sénateur-maire sur son profil Facebook. « Je ne peux admettre qu’il soit désigné par de petits arrangements et de grandes trahisons, comme ce fut le cas vendredi. »

Lors de cette soirée d’élections à la communauté de communes, un seul candidat était pressenti, l’adjoint au maire, Hugues Bonamy, UDI lui aussi. Un candidat naturel pour le sénateur-maire de Bernay. Sauf qu’un conseiller communautaire (et municipal aussi) de sa majorité, Francis Viez, est sorti du bois, se déclarant à son tour candidat.
Après un suffrage perturbé, l’élu, secrétaire de circonscription LR (Les Républicains), était élu par 22 voix contre seulement 10 pour Jean-Hugues Bonamy, et quatre votes blancs sur 36 votants, raconte L’Éveil Normand.

Francis Viez, élu LR (Les Républicains), est venu bousculé la donne lors de l'élection de la communauté de communes (©Eveil Normand).
Francis Viez, élu LR (Les Républicains), est venu bousculer la donne lors des élections à la communauté de communes. (© L'Éveil Normand)

« Un coup de poignard qui a été porté »

Pour le candidat naturel d’Hervé Maurey, c’est « un coup de poignard dans le dos» qui a été porté. Cette élection surprise, sous forme de camouflet, a donné naissance à un nouveau bureau au sein de la communauté de communes. Mais les conséquences de cette opération punitive vont plus loin. Le président du Département de l’Eure, Sébastien Lecornu, a vivement réagi à cette élection :

Ce qui s’est passé est très grave et pas sérieux. Je suis un légitimiste, j’aime bien quand on a affaire à ceux qui ont été élus par le peuple. Maurey et Bonamy l’ont été brillamment. Hervé Maurey a été élu au premier tour aux municipales de 2014 et Hugues a obtenu 58% dans les bureaux de Bernay, lors des départementales, cette même année. Ces deux personnalités là, sont des personnalités plus que légitimes. »

« Une pratique politique que je qualifie de minable »

Le Président rappelle également que depuis 2009 un accord entre l’UDI et les Républicains a été passé « pour remporter des élections ».

C’est un accord de l’unité, qui vaut de l’or dans le département. Alors quand des gens commencent à penser qu’ils peuvent jouer les cadors et qui, sans prévenir personne, montent leur petit truc dans les coursives, sans même en parler à leur formation politique, ni même à leur maire, par définition c’est grave.

Sébastien Lecornu indique également être « inquiet » pour la communauté de communes de Bernay. « L’intercommunalité suppose la confiance. Là, il n’a pas ma confiance, ni celle d’Hervé Morin, j’en suis convaincu. Pour exprimer son désamour, il fallait s’abstenir et non opter pour une révolution de palais, pratique politique que je qualifierais de minable ».

Vers de nouvelles élections à Bernay

Hervé Maurey va faire en sorte de dissoudre le conseil municipal pour organiser de nouvelles élections. Le ministre de l’Intérieur en arrêtera la date prochainement. Hervé Maurey soutiendra, il l’a répété, la liste emmenée par Jean-Hugues Bonamy. Les Bernayens peuvent prévoir un retour aux urnes, vraisemblablement,en mai 2016. Avant de se retirer, le maire a retiré à Marie-Line Rivière et Dominique Bétourné, les deux adjoints qui ont accepté des postes de vice-présidents aux côtés de Francis Viez, leurs délégations municipales.
« Ce sont ces élus qui ont fomenté le putch. Je considère que nous ne pouvons plus travailler en confiance », a déclaré Hervé Maurey, à Normandie-actu.

La veille au soir de l’élection de la communauté de communes, nous étions en conseil municipal. Personne ne m’a rien dit. S’ils l’avaient fait, nous aurions été dans le débat démocratique. Là, il s’agit d’une trahison. »

Que sera la place de Bernay au sein de la future intercommunalité ?

Les futures élections municipales vont rebattre aussi les cartes au sein de l’intercommunalité. Hervé Maurey s’en réjouit :

Ceux qui avaient peur de la place de Bernay au sein de la future intercommunalité, peuvent dormir sur leur deux oreilles. Francis Viez, élu en 2014, n’a aucune expérience en matière de gestion du pouvoir public. Il ne sera pas en capacité d’imposer Bernay au sein du futur ensemble », enfonce le sénateur-maire, qui s’étonne de voir que la première décision du nouveau président de la communauté de communes ait consisté en l’augmentation de plus de 50% de l’enveloppe d’indemnités accordées aux élus.

Au 1er janvier 2017, les intercommunalités de Bernay, Brionne, Beaumont-le-Roger, Beaumesnil et Broglie fusionnent pour former un ensemble de plus de 50 000 habitants.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.