Rouen Vidéo. Cyclistes verbalisés sur les voies de bus, à Rouen. Une centaine de manifestants

Une centaine de cyclistes se sont réunis devant l'Hôtel de ville de Rouen (Seine-Maritime), samedi 23 janvier 2016, pour protester contre l'interdiction d'emprunter les voies Teor.

Mise à jour : 23/01/2016 à 17:37 par Timothée L'Angevin

« Pédale Power . » « Le Teor passe, le vélo trépasse. » Samedi 23 janvier 2016, une centaine de cyclistes étaient réunis devant l’Hôtel de ville de Rouen (Seine-Maritime), à l’initiative de l’association Sabine. Ils protestaient contre la « stigmatisation » et « l’exclusion » dont ils estiment faire l’objet, et contre la menace de verbalisation exprimée par les autorités depuis l’interdiction faite aux deux-roues d’emprunter les voies de bus Teor.

Le conflit d’usage entre les Teor et les autres utilisateurs de la plateforme existe aussi sur la voie de circulation automobile et sur les trottoirs, car, dès la conception, l’espace public n’a pas été partagé de façon claire entre l’ensemble des usagers, souligne l’association Sabine. Il s’agit d’un sujet redondant et jamais véritablement résolu par les politiques publiques, et ce, depuis plus de 10 ans ! Ce sont les cyclistes et les chauffeurs qui font les frais de l’incapacité de la Ville de Rouen et de la Métropole à ouvrir le chantier des déplacements en proximité de la voie Teor, laissant les usagers et les chauffeurs régler leurs comptes sur le terrain et à travers les médias…

> Lire aussi : Cyclistes verbalisés à Rouen. Ils se mobilisent et dénoncent une « stigmatisation ».

À vélo sur une voie de bus, à Rouen, c’est 135 euros d’amende

Quelques jours plus tôt, Cinquante euros, cycliste militant, a été verbalisé, d’une amende de 135 euros, minorée à 90 euros, pour avoir circulé sur une voie de Teor. Il a filmé sa verbalisation >

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.