Rouen Crise des agriculteurs. Une centaine de manifestants pour un blocage à Rouen

Une centaine d'agriculteurs, venus à Rouen (Seine-Maritime), avec une trentaine de tracteurs, bloquent la Cité administrative, qui héberge notamment le centre des impôts.

Mise à jour : 28/01/2016 à 12:49 par La Rédaction

Jeudi 28 janvier 2016 au matin, une centaine d’agriculteurs ont convergé vers Rouen (Seine-Maritime), où ils ont bloqué la Cité administrative. Les bâtiments, situés sur la rive gauche de la Seine, hébergent notamment le centre des impôts. De nombreux fonctionnaires ont tenté de rejoindre, en vain, leurs bureaux, et ont été retenus à l’extérieur par les manifestants. Les agriculteurs en colère sont venus avec une trentaine de tracteurs, à l’appel des Jeunes agriculteurs (JA) et de la FNSEA de Seine-Maritime.
Ils ont déversé du lisier ainsi que des vieux pneus devant toutes les entrées des locaux de la Cité administrative.

> Notre direct : Agriculteurs en colère en Normandie : des actions coup de poing

Un responsable tente de forcer le barrage

En début de matinée, un responsable aurait tenté de forcer le barrage, exhibant une carte barrée des couleurs bleu-blanc-rouge, avant de se faire refouler par de jeunes agriculteurs. « Encore moins les directeurs que les autres », a lancé un manifestant, tandis qu’un policier conseillait au haut fonctionnaire de ne pas insister. Des salariés sont rentrés ou ont tenté de rentrer par des portes plus discrètes, mais ont été rapidement rejoints par des manifestants. Les agriculteurs ont effectué, minutieusement, le tour de la Cité administrative et d’autres fonctionnaires ont dû rebrousser chemin. Les manifestants ont également installé des fils barbelés.
Les policiers, postés à proximité des immeubles, ne sont pas intervenus. En milieu de journée, les manifestants doivent se rendre à la préfecture.

Vidéo. L’action des agriculteurs à Rouen (France 3 Haute-Normandie) :

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.