Évreux Contournement Est de Rouen. Pourquoi le Département de l'Eure freine ?

Le président du Département de l'Eure, Sébastien Lecornu, a souligné, lundi 5 octobre 2015, que la question restait posée, quant au financement du contournement est de Rouen...

Mise à jour : 07/10/2015 à 18:22 par Isabelle Villy

Le contournement est de Rouen est une nécessité, mais l'impact financier qu'il implique, génère des réserves du côté des élus du Département de l'Eure (Photo d'illustration Flickr/cc/Frédéric Bisson)
Le contournement est de Rouen est une nécessité, mais l'impact financier qu'il implique, génère des réserves du côté des élus du Département de l'Eure (Photo d'illustration Flickr/cc/Frédéric Bisson)

La liaison A28-A13, communément appelée contournement Est de Rouen (Seine-Maritime), n’a pas (encore) fini de faire couler de l’encre. Tout le monde reste d’accord pour convenir qu’assurer un itinéraire de transit autour de Rouen est indispensable, mais il n’y a pas consensus, loin de là, sur le tracé choisi, modifié et finalement validé par l’État.

> Lire aussi : Contournement Est de Rouen : le gouvernement donne son feu vert à la poursuite du projet

Des doutes, des interrogations, des réserves

Dans le Département de l’Eure, le sujet du contournement était à l’ordre du jour d’une session extraordinaire, lundi 5 octobre 2015 : l’occasion pour les élus eurois de s’exprimer… et comme certains de leurs collègues en Seine-Maritime d’émettre les mêmes doutes, les mêmes interrogations et les mêmes réserves quant au coût du projet, un milliard d’euros au bas mot, et aux modalités du financement.

Concernées sur une partie de l’itinéraire, qui ne sera pas mis en circulation avant 2024, au mieux, quelques communes de l’Eure se sont d’ailleurs regroupées avec celles de Seine-Maritime dans une association, l’Association des communes pour un contournement est soutenable (ACCES). Objectif : dénoncer le tracé, pourtant validé, et poursuivre le dialogue. Ils sont d’ailleurs prêts à porter l’affaire sur le terrain de la justice, s’ils ne sont pas entendus.

> Lire notre article, ici : [Document] Contournement Est de Rouen : des maires poursuivent le combat

Un gigantisme qui effraie

De forts enjeux environnementaux, un impact foncier important (entre 500 et 600 hectares), un tracé qui traverse la Vallée de l’Andelle et court jusqu’en lisière de forêt de Bord : le même argument de gigantisme, largement évoqué chez les Seinomarins, semble également effrayer dans l’Eure, tout comme, donc, le financement vertigineux que la structure routière implique et le problème crucial du coût pour les (hypothétiques ?) usagers, qui devront s’acquitter d’un péage. Or, le président du Département de l’Eure l’a rappelé : ce projet peut également impacter les finances du Département. Selon les calculs « maison », de la collectivité, le coût, uniquement pour la subvention d’équilibre, pourrait être de 30 à 40 millions d’euros, entre 2020 et 2025.

Je ne peux qu’être cohérent avec ce que j’ai dit : on doit se reconcentrer sur nos compétences. Dès lors que les dotations de fonctionnement diminuent, dès lors que l’on ne veut pas augmenter fiscalité, dès lors qu’on souhaite maîtriser l’endettement… et que l’on doit faire face à l’augmentation des dépenses sociales, doit-on participer financièrement à un projet dont le maître d’œuvre est l’État ? », a déclaré le président du Département de l’Eure.

La balle dans le camp de l’État

Il ajoutait d’ailleurs que poser la question, c’est déjà y répondre, même s’il a affirmé « ne pas fermer la porte. La balle est dans le camp de l’État ». Le serpent de mer qu’est le contournement Est de Rouen continue donc son chemin, dans l’Eure cette fois.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.