Rouen Circulation à Rouen : les réactions des automobilistes

Les recommandations semblent avoir été suivies. « Et nous avons évité un lundi noir », se félicitent la Ville et l’Agglo de Rouen. Ce qu’en pensent les automobilistes. Humeur.

Mise à jour : 13/11/2012 à 13:16 par Briac Trébert

« Le pire, c'est-à-dire la paralysie complète de la ville, a été évité », se félicite le maire de Rouen.
« Le pire, c'est-à-dire la paralysie complète de la ville, a été évité », se félicite le maire de Rouen.

Suite à l’accident survenu le 29 octobre sur le pont Mathilde, à Rouen, ayant entraîné la fermeture à la circulation de l’ouvrage qui accueille normalement 80 000 véhicules par jour, une batterie de mesures ont été prises afin de tenter de faciliter les déplacements sur l’agglomération, à partir de ce lundi 12 novembre, jour de rentrée des vacances de la Toussaint. (Notre dossier, ici).

« Il est impératif que chacun prenne conscience que si l’on veut que le nombre de véhicules baisse, chacun doit agir et privilégier soit le co-voiturage, soit l’utilisation des transports en commun », insistait Yvon Robert, vendredi 9 novembre, rappelant que les 80 000 véhicules/jour du pont ne pourront être reportés sur les quatre autres ponts de la ville.

Alors, lundi noir ? Pas vraiment, si l’on en croit la Ville et l’Agglo (la CREA) qui réagissent dans un communiqué commun, ce lundi soir.

« Le pire, c’est-à-dire la paralysie complète de la ville, a été évité », se félicitent le maire de Rouen, Yvon Robert, et Frédéric Sanchez, le président de la CREA. Les efforts communs de toutes les collectivités, des entreprises, des administrations et des particuliers ont produit leurs effets », estiment-ils.

« Nous devons toutefois rester extrêmement vigilants : les actions, entreprises aussi bien par la Région, le Département, la CREA que par la Ville, ont joué leur rôle pour écarter toute paralysie de Rouen… Mais s’il n’y a pas eu de lundi noir, cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de mardi noir ! », préviennent-ils dans le même temps…

Les points positifs :
Les recommandations semblent avoir été suivies. Des retards maximum de dix minutes (seulement) ont été observés dans les transports en commun plus sollicités que d’habitude ; certains parkings-relais ont vu leur fréquentation fortement augmenter :

« 100 véhicules supplémentaires au parking Mont-Riboudet (au Kindarena), 50 véhicules supplémentaires à Rouge Terres, 30 véhicules supplémentaires au parking de la Basilique à Bonsecours, 20 véhicules supplémentaires à la maison des amicales à Grand Quevilly… », listent les collectivités, rappelant qu’il reste encore « de nombreuses places disponibles notamment au Zénith ».

Les points noirs, ce lundi 12 novembre :
« La circulation entre la place Saint-Paul et l’entrée du pont Corneille a enregistré d’importants ralentissements entre 7h30 et 8h. De même, l’avenue Jean-Rondeau, le pont Guillaume-le-Conquérant et le carrefour de la Motte, dans le sens sud/nord, ont accusé de sérieux blocages entre 7h45 et 8h30. Alors que les abords des places Saint-Hilaire et Cauchoise étaient assez fluides, les boulevards, entre la place du Boulingrin et la Gare, ont connu une circulation au pas entre 7h45 et 8h15, mais ce d’une manière assez comparable au trafic traditionnel en cette heure de pointe », estiment les collectivités.
« Autre point sensible, la traversée des quais et de la Seine à hauteur du pont Corneille, dans le sens nord-sud, de la place Carnot (rive gauche) au quai Gaston-Boulet (rive droite) », poursuivent-ils.
D’importants points noirs – saturation de la SUD III et de l’avenue de la Libération, remontée difficile de l’avenue Jean-Rondeau jusqu’au pont Guillaume-le-Conquérant, traversée contrainte de la Seine à hauteur du pont Corneille dans le sens nord-sud et blocage place Saint-Paul – « sont une nouvelle fois à craindre » pour cette journée du mardi 13 novembre, préviennent-ils.

Ils ont réagi sur 76 actu, ce lundi 12 novembre

Sur notre site internet et nos réseaux sociaux, le tableau n’est pas totalement rose, et l’inquiétude reste de mise. Visiblement, de nombreux conducteurs ont fait le choix des transports en commun, mais aussi celui de partir plus tôt de leur domicile, ce lundi 12 novembre. Aline, par exemple, « habite Clères et travaille à Rouen, rive gauche ». Elle affirme avoir mis 1h45 ce lundi 12 novembre au lieu de 35 à 40 minutes. « C’est bien beau de dévier les véhicules de l’A29 à l’A151, mais il faut peut-être penser à ces deux autoroutes A150 et A151 déjà problématiques en temps normal », explique-t-elle (sur l’A150, ce lundi 12 novembre, des accidents matériels ont provoqué d’importants ralentissements, NDLR).
« Une voiture en panne au niveau du pont Flaubert. Il m’a fallu 1h30 pour arriver de l’autoroute de Barentin à Rouen. Et encore, le lundi est moins encombré que le mardi », s’inquiète de son côté Sandrine.
« Ce matin, pas trop de problèmes, mais ce soir ? », s’interroge Marie-Laure. Et ce mardi 13 novembre, « avec l’ouverture des commerces, à Rouen ? », s’inquiète un autre internaute. Hugo, lui, « passe par Saint-Paul pour aller au travail, et ce matin, il n’y avait personne, étonnant ? » (des travaux ont été entrepris ce week-end par le Département pour faciliter l’accès à la rocade nord-est, ce qui a limité la saturation de la place Saint-Paul. D’importants ralentissements ont cependant été constatés entre 7h30 et 8h, NDLR).
Twitter-circulation.JPG

« Ce matin, 7h06 entrée sur l’échangeur Saint-Jean-du-Cardonnay. Et de suite, je me suis trouvé à l’arrêt. 20 minutes plus tard à mi-hauteur de la descente, deux véhicules accidentés sur la file de gauche, 150 mètres de dégagés derrière, puis au niveau du Leclerc, encore un bouchon, véhicule en panne sur la file de droite. Et ensuite, à peine 15 minutes pour rejoindre Petit-Quevilly… Avis mitigé ce matin pour la circulation. Même avec le pont en état, la circulation aurait été la même. Donc avis réservé pour le transit 7h/8h entrée Barentin », commente de son côté Lucien.
Le Beaujolais Nouveau arrive ce jeudi 15 novembre, relève notre dessinateur, Chaunu.
Le Beaujolais Nouveau arrive ce jeudi 15 novembre, relève notre dessinateur, Chaunu.

Ils ont aussi réagi (parfois fortement) sur 76 actu,
depuis l’accident du pont Mathilde…

Mélanie : « J’habite les Hauts-de-Rouen. C’est déjà pénible d’y accéder en temps normal, mais alors là, c’est l’enfer ! Je travaille à Petit-Couronne et je dois traverser la ville entière, donc l’appel au civisme lancé par la Ville, c’est bien gentil pour ceux qui vont chercher leur pain à la boulangerie, mais pas pour ceux qui travaillent loin de leur domicile. » 
Leclerc : « Lorsque l’on vient du Plateau est, comment fait-on ? À pied ou à vélo, ce n’est pas possible au regard du dénivelé, et de la distance. En bus, nous serons également bloqués dans les bouchons, car il n’y a pas de liaisons propres sur ce côté de Rouen, reste donc la voiture ! Toujours facile de demander du civisme quand on habite dans le centre-ville de Rouen ! »
Sophie : « Mon temps de trajet est passé de 25 minutes à 1h30. Et ce sont les vacances scolaires ! », écrivait-elle la semaine dernière. « A-t-on, par exemple, envisagé de demander à la foire Saint-Romain de libérer les lieux plus tôt ? Les périscolaires vont-ils adapter leurs horaires en conséquence ? À force de vouloir sortir les voitures du centre-ville, on génère plus de bouchons et de pollution que si l’on mettait nos ingénieurs à travailler sur de la fluidification de trafic. Cet accident ne va rien arranger, espérons au moins que l’on mettra les ressources jour et nuit pour accélérer les réparations (à la différence des travaux menés place Saint-Paul qui ont aussi généré des bouchons). »

« Le contournement est, c’est maintenant ! »

Deroc : « Cet accident révèle l’importance de choisir son lieu d’habitation en fonction de son lieu de travail. Ceux qui habitent rive gauche et qui travaillent rive droite, et inversement… » 
Arnaud : « Si les pouvoirs publics veulent que les usagers privilégient les transports en commun, encore faudrait-il augmenter la cadence de rotation des lignes aux heures de pointe et que les employés de la TCAR cessent de faire grève ! » 
Fred : « Honte aux élus de la Région et à l’État qui n’assument pas leurs responsabilités depuis plus de 30 ans ! La Violette de Rouen (notre article), elle est belle ! Mais elle est responsable de ce cirque, responsable des tonnes de CO2 dégagées, des embouteillages toujours plus importants, de la santé et de la sécurité des personnes… Il faut arrêter la réunionite, évitez les experts de moins en moins experts, évitez les maîtres à penser qui ont un avis sur tout… le contournement est, c’est maintenant ! »
(…) « Cela fait 20 ans que l’État et les politiques locaux laissent pourrir la situation : contournement maintes fois repoussé, poids lourds autorisés dans Rouen, plan de circulation ubuesque, augmentation du prix du stationnement résidentiel de 50%,etc ….et voilà qu’ils viennent nous donner des leçons de civisme : tous à vélo , à pied , en bus …. C’est pathétique », s’emporte Smap.
Zibubu : « La Communauté d’agglomération de Rouen et la mairie de Rouen n’ont toujours pas compris qu’il fallait augmenter la fréquence de passage des Teor et métros sur l’agglomération et qu’il faut que cette fréquence soit renforcée sur les horaires du matin et en soirée. Il n’est pas normal que passé 20 heures, on soit obligé d’attendre un métro ou sa ligne de Teor plus de 10, 15 voire 20 minutes ! »

Et vous, que pensez-vous de la circulation à Rouen, et des mesures prises depuis ce lundi 12 novembre ?
Réagissez, ci-dessous, dans les commentaires et sur notre page Facebook