Caen Initiative. Le projet Coop 5%, à Caen, basé sur la récupération. Solidaire et participatif

Un concept original pourrait voir le jour à Caen ou dans l'agglomération. Le projet Coop 5% prévoit de développer un espace dédié à l'économie solidaire et participative.

Mise à jour : 25/01/2016 à 08:36 par Marjorie Janetaud

Les porteurs du projet "Coop 5%", la ressourcerie qui devrait ouvrir à Caen (Calvados). ©DR
Les porteurs du projet « Coop 5% », la ressourcerie qui devrait ouvrir à Caen (Calvados). ©DR

Coop 5 % serait la première ressourcerie du Calvados si Didier Hays, Laetitia Millon, Clément Charlot, Romain Millot et Arnaud Cottebrune parviennent à concrétiser leur initiative. Depuis un an, ils planchent sur ce projet d’économie collaborative et participative, qui s’appuie sur la récupération et la transformation de matériel.

Une trentaine d’emplois à la clef

Les porteurs de projet ont d’abord créé une association de préfiguration qui sera ensuite transformée en société coopérative d’intérêt collectif. C’est à Caen ou dans l’agglomération qu’ils imaginent leur ressourcerie, mais ils ne trouvent pas de local. Ils espéraient beaucoup d’un rendez-vous à la Communauté d’agglomération Caen la Mer. Un échec ! Pourtant le projet est bien ficelé.

Nous avons tous interrompu nos activités professionnelles pour nous consacrer à ce projet. Le modèle économique pour lequel nous avons travaillé en amont avec un expert-comptable a été validé par Synergia (le pôle développement et innovation économique de Caen la mer, Ndlr).

Le projet pourrait créer une trentaine d’emplois directs et indirects, selon leurs prévisions. « Ce ne sera pas un chantier d’insertion, tous les salariés seraient coopérateurs, tous patrons. »

Où trouver un local de 1 500 m2 à Caen ?

Laetitia, Didier, Romain, Clément et Arnaud sont donc prêts, mais ces derniers mois, ils dépensent beaucoup d’énergie pour trouver un local. Une vraie bataille !

Nous avons sollicité la Communauté d’agglomération Caen la Mer en expliquant que nous recherchions un local pour lequel nous pouvons payer un loyer…

Dans l’idéal, il leur faudrait un local de 1 500 m2. C’est à l’ancien Point P qu’ils ont pensé… tout près de la Maison du vélo, quai Hamelin, à Caen. Impossible, leur a répondu Caen la Mer. D’autres lieux ont été envisagés et notamment un local situé sur la Presqu’île, près du viaduc de Calix… Trop loin et surtout trop excentré pour lancer la ressourcerie qui a surtout besoin pour démarrer d’une bonne visibilité et d’être facile d’accès.
Désormais, ils attendent de rencontrer un élu de la Ville de Caen ou de Caen la Mer pour discuter de « l’intérêt économique de cette initiative locale ». L’appel est également lancé aux « mécènes et aux partenaires auxquels on n’aurait pas pensé. » Une fois ce problème réglé, dans leurs « rêves les plus fous », les cinq Caennais imaginent une ouverture en mai ou juin 2016, mais « si nous sommes plus raisonnables nous prévoyons une ouverture pour septembre 2016 ».

Les 5 de la future Coop 5 % sont…

Laëtitia Millon est ingénieur agronome. Elle change de voie après avoir suivi une formation d’ébéniste. Arnaud Cottebrune est l’ancien responsable de Vélisol‘, l’association qui a lancé et gère la Maison du vélo. Didier Hays a travaillé comme directeur administratif et financier. Clément Charlot était restaurateur à La Part du Colibri. Romain Millot a été chargé de mission et secrétaire de l’association Vélisol’.
Les cinq porteurs de projet veulent développer cette entreprise autour de l’économie collaborative et recréer leurs emplois à travers cette initiative, comme l’expliquait, vendredi 15 janvier, Laetitia Millon dans l’émission Carnets de campagne sur France Inter. Ils se sont notamment inspirés de la réussite de l’atelier de réparation de la Maison du vélo pour développer leur projet. Ouverte en 2013, cette maison est devenue une pépinière de services et d’associations. Ils sont cinq, mais veulent « rapidement être 100, voire 1 000 », dans cette aventure humaine.

La ressourcerie : un village solidaire et participatif

Le plan de la ressourcerie. ©DR
Le plan de la ressourcerie. ©DR

Les cinq partenaires se sont inspirés de deux modèles de ressourcerie : le projet Darwin à Bordeaux et Le Solilab à Nantes. Ils voient leur ressourcerie comme un cœur de village, un écosystème d’activités économiques. Meubles, électroménagers ou autres seront récupérés puis mis en vente s’ils sont en bon état, sinon ils seront réparés et/ou transformés par des salariés de la ressourcerie. Autre possibilité : une personne achète le matériel en l’état et décide de mettre la main à la pâte dans l’atelier qui sera à disposition avec des outils, comme celui de la Maison du vélo. « Les gens pourront aussi venir sur place pour retaper leurs meubles par exemple. » Une simple cotisation peut donner accès à l’atelier.
De même, il sera possible d’utiliser le garage participatif pour apprendre à faire une vidange soi-même, par exemple.

L’idée de cette ressourcerie est de s’émanciper de son manque de connaissances ou de moyens.

Des produits locaux, issus de l’agriculture bio ou raisonnée, y seront vendus, une cuisine sera mise à la disposition des associations et un café cantine permettra de manger à « petits prix des produits de qualité ». Et cette ressourcerie sera aussi le berceau d’une résidence non-numérique, où pourront émerger des projets manuels et pourquoi pas communautaires.
Un lieu où il fera bon se ressourcer en réalisant que nous ne sommes jamais à court de ressources.

Informations pratiques :
Le projet est présenté sur la page Facebook de Le projet Coop 5%
Une réunion publique est prévue mercredi 3 février, à 18h, à la Maison de quartier de Vaucelles, 1 bis rue Branville, à
Caen (Calvados).

 

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.