Le Havre Carte scolaire en Seine-Maritime. Quatre écoles du Havre résistent

Alors que les mobilisations sur la carte scolaire faiblissent en Seine-Maritime, des parents d'élèves, au Havre, ne désarment pas. Les blocages continuent dans quatre écoles.

Mise à jour : 27/05/2015 à 18:15 par Karine Lebrun

Les parents d'élèves de l'école Raspail s'invitent vendredi 29 mai au vernissage de l'exposition d'art des écoles, organisé à la mairie (©D.R.).
Les parents d'élèves de l'école Raspail s'invitent, vendredi 29 mai 2015, au vernissage de l'exposition d'art des écoles, organisée à la mairie (©D.R.).

École Raspail à Danton, école Jean Zay à Sanvic, école Dahlias à Aplemont, école Paul Mulot à Rouelles… Alors que la mobilisation contre la nouvelle carte scolaire faiblit en Seine-Maritime, au Havre (Seine-Maritime), des parents d’élèves installent leur mouvement dans la durée. Dans chacun de ces quatre établissements, ils refusent les fermetures de classes annoncées par l’inspection d’académie.
Après l’organisation de blocages, en début de journée, les parents d’élèves s’invitent aussi, désormais, à l’accueil périscolaire du soir. Ce service étant placé sous la responsabilité de la ville du Havre, ils espèrent être entendus par les élus…

La police municipale sur les lieux

« Les enfants vont être 30 par classe à la rentrée prochaine, c’est totalement inadmissible.» À l’école Raspail, dans le centre-ville du Havre, les parents d’élèves s’indignent de l’annonce de la fermeture d’une classe à la rentrée prochaine, « alors même que les effectifs ne seront pas en baisse ».

L’école n’est pas en zone d’éducation prioritaire, certes. Mais les enseignants constatent d’énormes disparités de niveau, auxquels ils font face, seuls en classe, dans un établissement où il n’y a plus ni médecin, ni psychologue scolaire et plus de Rased (Ndlr, réseaux d’aides spécialisés aux enfants en difficulté). Nous ne pouvons accepter de voir les effectifs grimper dans ces conditions », martèlent les parents, agacés par le silence de l’inspection d’académie, à qui plusieurs courriers de demandes de rendez-vous ont été adressés.

Vendredi 22 et mardi 26 mai 2015, à l’occasion de leur rassemblement à l’accueil périscolaire, les parents ont reçu la visite de la police municipale « qui est venue constater notre occupation de l’école », précisent les parents d’élèves.

Vers 20h, la police municipale accompagnée d’un représentant des services techniques de la ville est venue fermer l’école, après avoir constaté que les lieux avaient été respectés. »

Les parents d’élèves à l’Hôtel de Ville

La détermination des parents d’élèves du groupe scolaire Victor Hugo /Jean Zay à Sanvic, de l’école des Dahlias, et Paul Mulot à Rouelles est identique. En parfaite concertation, les parents d’élèves ont eux aussi opté pour une occupation des établissements scolaires, en soirée, après la classe.

Nous ne voulons pas perturber la scolarité des enfants. Cette décision a été prise unanimement après la manifestation collective organisée à l’Hôtel de ville, mercredi 20 mai 2015. Les parents d’élèves, mobilisés, se fédèrent grâce aux réseaux sociaux. C’est vraiment bien et ce partage nous donne plus de force dans notre combat », se réjouit un parent.

D’autres rassemblements sont encore programmés. À l’école Paul Mulot, les parents d’élèves s’invitent à l’accueil périscolaire jusqu’au vendredi 29 mai 2015. Leur mouvement est soutenu par les élus de Rouelles. Les parents d’élèves de l’école Raspail, eux, font le choix de s’inviter, vendredi 29 mai 2015, au vernissage de l’exposition annuelle d’arts visuels des établissements scolaires du Havre, intitulée Tenues correctes exigées, qui aura lieu à l’Hôtel de ville….en présence de l’inspectrice d’académie, Catherine Benoit-Mervant.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.