Bayeux Calvados. Une grève illimitée débute à l'hôpital de Bayeux

Les syndicats de l'hôpital de Bayeux (Calvados) lancent un mouvement social, à compter du lundi 22 février 2016. Un appel à la grève illimitée a été émis. Explications.

Mise à jour : 22/02/2016 à 09:20 par Lou Benoist

 (Photo : La Renaissance Le Bessin )
L'hôpital de Bayeux (Calvados) a annoncé une grève illimitée, à partir du lundi 22 février 2016 (Photo : La Renaissance Le Bessin)

Pour la première fois dans l’histoire du Centre hospitalier de Bayeux (Calvados), les syndicats (CFDT, CFTC, CGT et Sud) ont déposé un préavis de grève, à compter du lundi 22 février 2016, à l’issue d’une assemblée générale intersyndicale. Environ 120 professionnels de l’établissement s’étaient réunis, mardi 16 février. Un mouvement de protestation né après la présentation du Contrat de retour à l’équilibre financier (Cref) proposé par le directeur de l’établissement, Olivier Ferrendier, nommé en septembre 2014. « Les nouvelles conditions de travail sont inacceptables », estime, sur Normandie-actu, Jean-Paul Hamel, représentant CGT. 
> Coup de gueule aussi au Centre hospitalier public du Cotentin (hôpitaux de Cherbourg et Valognes) dans la Manche : une opération escargot a été organisée pour protester contre la fermeture du service des urgences, samedi.

Rappel. Confrontés à un Contrat de retour à l’équilibre financier (Cref), les salariés de l’hôpital de Bayeux sont inquiets. Sur les 1 200 postes de l’établissement, entre 40 et 80 pourraient être supprimés, d’ici 2018. Les salariés avaient déjà participé, jeudi 9 avril 2015, à une assemblée générale pour la défense de l’emploi. L’hôpital est miné par un déficit cumulé depuis 2010 de cinq millions d’euros (un million d’euros par an) et doit réaliser trois millions d’euros d’économie en cinq ans.

> Lire aussi : Déficit à l’hôpital de Bayeux. Entre 40 et 80 emplois menacés

Une grève illimitée

Le directeur a pour mission de faire revenir l’établissement à un certain équilibre financier, et il va faire des économies . Et ce sont nos conditions de travail qui vont se dégrader. Or, les conséquences pourront être graves et nous craignons une dégradation de la prise en charge des patients », explique Jean-Paul Hamel.

Un « nouveau règlement », qui ne conviendrait pas une majorité du personnel : « Nous espérons être entendus par la direction le 1er mars 2016, en comité technique, le jour où le vote sur le règlement doit avoir lieu. Si ce n’est pas le cas, nous irons à sous-préfecture pour montrer notre désaccord », annonce déjà le représentant syndical.

Certains services au ralenti

Si personnel a pour obligation d’assurer la continuité des soins, « certains services pourront fonctionner au ralenti ».

Des ralentis pourront être ressentis les deux premiers jours de grève. Par exemple, certaines interventions chirurgicales prévues pourraient être re-programmées. Mais, bien entendu, le service des urgences, ou encore celui des accouchements ne seront pas concernés.

Les syndicats attendent une forte mobilisation pour ce mouvement, mais aussi, le soutien de la population :

Nous avons des interrogations sur la survie de cet hôpital, à long terme. Or, ceci est inconcevable pour nous, pour la population, qu’il disparaisse. Vous ne pouvez pas demander aux personnes de la région de se rabattre sur les CHU de Caen ou de Saint-Lô.

Lundi 22 février 2018, les syndicats essaieront d’assurer un piquet de grève ». « Si nous ne parvenons pas à maintenir un piquet, à cause des obligations de soins, nous tenterons de faire signer au maximum notre pétition, avant le 1er mars », espère Jean-Paul Hamel.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.