Rouen Ça bouchonne à Rouen : suivez le guide !

Place Saint-Paul en travaux, bouchons "ordinaires" des heures de pointe... Accéder en ville au quotidien relève souvent du casse-tête. Nous avons testé pour vous quelques astuces..

Mise à jour : 26/09/2012 à 03:44 par Isabelle Villy









Les travaux de la place Saint-Paul dureront cinq semaines et ils amplifient le phénomène d'embouteillages dans d'autres secteurs de la ville.
Les travaux de la place Saint-Paul dureront cinq semaines et ils amplifient le phénomène d'embouteillages dans d'autres secteurs de la ville.

Les travaux actuellement en cours au carrefour de la place Saint-Paul provoquent bien les ralentissements prévus, surtout aux heures de pointe. Et finalement, ils ont pour effet d’amplifier les embouteillages sur d’autres secteurs de la ville : une sorte d’effet dominos en quelque sorte, contre lequel il n’existe pas vraiment de remède plus efficace que la patience. Aidés de nos lecteurs, nous avons tenté de recenser (de manière non exhaustive bien évidemment), tous les points qui posent problème pour circuler à certaines heures, notamment à Rouen intra-muros, mais également pour accéder à la ville. Et autant que faire se peut, nous vous livrons quelques conseils et petites astuces pour vous aider à essayer de passer… entre les “congestions” comme les qualifient nos cousins de la Belle Province québécoise.


• Place Saint-Paul…

Impossible de faire l’impasse sur ce noeud routier essentiel pour accéder ou sortir de la ville : tous les usagers de la route qui viennent du plateau de Bonsecours, ceux qui arrivent de l’A28 par le tunnel de la Grand-Mare pour rejoindre le Pont-Mathilde et se diriger vers la rive Gauche, ceux qui souhaitent se rendre vers Amfreville-la-mi-Voie dans l’autre sens… tous se retrouvent à ce point névralgique ! Alors évidemment, en temps normal, c’est déjà difficile aux heures de pointe, alors là, avec le chantier prévu pour durer cinq semaines, il va falloir prendre son mal en patience.
Astuce : si vous en avez la possibilité, différez ou reportez de quelques minutes le moment de partir de chez vous. Parfois, il suffit de 5 à 10 minutes pour que la circulation retrouve une certaine fluidité. En revanche, si vous venez des plateaux de Bihorel, Bois-Guillaume ou bien du secteur de Darnétal et que vous deviez impérativement vous rendre Rive gauche, il n’existe malheureusement que très peu d’autre issue libre de circulation et plus directe que le pont Mathilde. Mais déjà, si les usagers de la route qui ont la possibilité d’avoir recours à un horaire flexible, modifient l’heure de leur départ, il y aura moins de monde aux heures de pointe. Pensez aussi au co-voiturage, qui peut s’avérer une bonne solution pour diminuer le nombre de voitures.

• Boulevard de l’Europe

Le Boulevard de l’Europe en lui-même est déjà un point de cristallisation des bouchons : nombreux sont les automobilistes qui l’empruntent pour notamment rejoindre la Sud III ou encore Sotteville-lès-Rouen. Et là, évidemment, ça coince ! D’autant que beaucoup arrivent par le Pont Mathilde, lui-même en directe ligne de la place Saint-Paul évoquée ci-dessus et actuellement en travaux. “Je déconseille fortement le pont Mathilde après 7h15, sinon c’est rapé… et quand il pleut, ça ralentit encore plus” confie Sophie, une de nos lectrices, qui ne manque pas également d’évoquer “les malchanceux qui ont le malheur de tomber en panne sur le pont”… Inutile de décrire le facteur agravant pour les embouteillages. 
Astuce : Parfois, il peut s’avérer judicieux d’emprunter les petites routes et travées parallèles, mais nous ne vous promettons pas monts et merveilles : arrivera un moment où vous retrouverez le flux de circulation que vous aviez quitté sur le boulevard de l’Europe… notamment quand vous arriverez vers la prison, pour enfin atteindre la Sud III.

• Boulevards et Quartier de la gare

Dans cet inventaire à la Prévert, passons par les boulevards de l’Yser, des Belges… bref, les boulevards que l’on emprunte dès la place Saint-Hilaire ! Et là, bon courage si vous arrivez entre 7h30 et 8h45… pour donner une large fourchette ! Dès la place Saint-Hilaire, il vous faudra vous armer de patience, pour traverser le rond-point : pas moins de quatre feux tricolores avant d’arriver sur le boulevard !
Et une fois arrivés sur le boulevard, il vous faudra, ou mettre un bon CD, ou écouter votre chaîne radio préférée. Jusqu’à la gare en effet, il y a du monde et quelques “nœuds” importants à passer : la place Boulingrin, “c’est le chantier pour passer” lance David. D’ailleurs, David pour accéder à la place Boulingrin, doit d’abord emprunter la route de Darnétal… et là, il constate, non sans humour : “C’est la guerre pour avancer quand on arrive vers 8h20 le matin. Il me faut pratiquement 20 minutes pour faire à peine deux kilomètres” calcule-t-il. Plus loin sur le boulevard, il vous faudra encore dépasser le bas de la route de Neufchâtel et un peu plus loin et le quartier de la gare, pour commencer à voir une éclaircie routière. Dans le quartier de la gare justement, Mathilde conseille de ne pas prendre la rue Verte ou plus bas, la rue du Renard. “Et si en plus, il y a des écoles dans le secteur” ajoute-t-elle, c’est intenable. 
Astuce : pour éviter un tant soit peu les bouchons des boulevards, vous pouvez juste après la place Saint-Hilaire, emprunter la rampe du même nom. Vous arriverez ainsi place Boulingrin et vous pourrez encore continuer tout droit par les rampes suivantes… mais évidemment, les rampes ne sont pas éternelles et à un moment ou un autre, vous rejoindrez le flot routinier de vos homologues automobilistes, près de la place Beauvoisine. Sachez en tous les cas, qu’après 9 heures, la circulation est quand même plus fluide, que ce soit route de Darnétal ou sur les boulevards. Un conseil : juste avant de vous engager sur lesdits boulevards, un panneau d’information lumineux vous indique le temps qu’il vous faudra pour atteindre la gare ! N’hésitez pas à le regarder !

• Sortie de l’autoroute de Barentin

N’a-t-on pas encore assez dit et répété que Rouen se situe géographiquement dans une cuvette… d’où l’inextricable casse-tête que peut devenir la circulation. A l’autre bout de Rouen, opposé à la place Saint-Paul donc, les automobilistes qui arrivent de Barentin, via l’autoroute A150 ne sont pas mieux lotis ! Surtout s’ils veulent eux aussi converger vers la place Saint-Paul. Il leur faudra en effet passer les Docks, longer tous les quais, emprunter ou non les quais bas, mais dans toutes les circonstances, s’ils arrivent aux heures de pointe, ça coincera aussi pour eux !
Astuce : les automobilistes qui souhaiteraient se rendre vers les secteurs de Déville, Mont-Saint-Aignan et par extension Darnétal, où rejoindre l’A28 (par exemple) seront avisés de prendre la dernière sortie avant la grande descente vers Rouen sur l’autouroute. En prenant la direction de Maromme, ils coinceront certes peut-être un peu arrivés à la Demi-Lune, mais peut-être moins qu’en continuant sur Rouen.  Et une fois encore, sachez qu’un retard décalé de quelques minutes peut souvent être bénéfique et surtout suffisant pour que les bouchons se diluent.

• De bonnes nouvelles

Rien n’est jamais ni tout noir, ni tout blanc ! Ainsi, quelques-uns de nos lecteurs témoignent que pour eux, la circulation en ville se passe globalement bien. A l’image de Dina, qui descend chaque jour de Mont-Saint-Aignan, pour aller travailler en centre-ville Rive droite. “Je descends par l’avenue du Mont-aux-Malades, je prends la rue Saint-Maur et j’attrape ensuite à gauche, la rampe Bouvreuil pour rejoindre le boulevard de la Marne. Et comme je le prends dans le sens opposé au trafic, je n’ai pas de souci ! Il me faut un quart d’heure environ pour atteindre le centre-ville” décrit Dina, qui reconnaît toutefois que le point le plus délicat, c’est sûrement la rue Saint-Maur. Une chose se vérifie en tout cas : si elle part à 7h55 de Mont-Saint-Aignan, tout se passe bien… sinon, le trajet peut facilement devenir beaucoup plus long en temps ! 
Astuce : si vous avez le choix des jours pour emprunter cet axe, Dina a remarqué que les mercredis, vendredis et lundis matin, le trafic est beaucoup moins dense. “Peut-être est-ce en raison des RTT, des jours sans école… je ne sais pas, mais régulièrement, ces matins-là, il y a moins de monde sur la route” souligne Dina.

• Encore des travaux en prévision…

Outre le vaste chantier Saint-Paul , qui va se poursuivre encore cinq semaines, la Direction des routes (Dirno) prévoit quelques autre chantiers dans l’agglomération rouennaise, assurant toutefois qu’ils sont «peu nombreux» et qu’ils n’auront que peu d’impact sur la circulation, puisqu’ils seront effectués de nuit.

La liste des travaux prévus dans l’agglo
• RN138 – sens Rouen/Caen. Quatre nuits dans la semaine du 24 au 28 septembre ; déviation par les RD418, 18E, A13.
• RN338 – Carrefour Brisout de Barneville. Deux nuits . La date des travaux n’est pas encore fixée à ce jour.
• RN28 – Tête sud du tunnel de la Grand-Mare. Deux nuits. Là encore, la date des travaux n’est pas fixée.

Travaux prévus dans les rues de Rouen
Rue de l’Hôpital, entre la rue des Arsins et la place du Général-de-Gaulle. Rue aux Ours entre la rue Jeanne-d’Arc et la rue de la Champmeslé. Rue des Faulx et rue Saint-Vivien entre la rue des Boucheries Saint-Ouen et la place Saint-Vivien. Rue Ambroise-Fleury entre la rue Robert-Schuman et la rue Martainville + le carrefour Martainville. Rampe Beauvoisine entre la place du Boulingrin et la rue Bonnefoi. Rue François-Couperin entre la rue Jean-Philippe-Rameau et la voie d’accès à l’avenue de la Grand’Mare. Avenue Georges-Métayer entre la place du Boulingrin et la rue Dieutre. Rue Henri Martin entre la Rue du Mail et la Rue de Lessard. Rue Jean-Baptiste-Lulli (totalité). Rue Jeanne-d’Arc entre la rue Jean-Lecanuet et la rue du Donjon. Avenue des Martyrs de la Résistance entre la rue Dufay et la rue de Trianon. Rue de Zurich partie en impasse à l’Ouest de la rue de Lausanne. Rue Francis-Yard entre la rue Louis-Bouilhet et la rue Dupont-Delporte.

Isabelle VILLY