Le Havre Au Havre, un millier de sympathisants devant Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy, le président de l'UMP, était au Havre (Seine-Maritime), mardi 26 mai 2015, à la salle de Bléville, pour y tenir un meeting. Ce qu'il a dit.

Mise à jour : 26/05/2015 à 22:01 par Valentine Godquin

Sarkozy - LH - mai 2015
Un millier de personnes étaient rassemblés pour assister au meeting, salle de Bléville, au Havre (Seine-Maritime), mardi 26 mai 2015.

À quelques jours du Congrès de l’UMP, le président du parti, Nicolas Sarkozy, est venu à la rencontre de ses militants en Normandie, mardi 26 mai 2015, à la salle des fêtes de Bléville, au Havre (Seine-Maritime). Cette visite n’est pas une première pour l’ancien président de la République, qui avait déjà choisi la Cité océane en mai 2007, octobre 2008, juillet 2009 et en avril 2011, ce dernier-vous s’inscrivant dans le cadre de l’élection présidentielle.
Sur place, mardi 26 mai, environ 1 000 personnes, militants et élus de Seine-Maritime, tassées dans la salle pour y écouter leur président, qui a très peu évoqué la Normandie. Sur scène, une douzaine de jeunes militants étaient mis en avant. Avant que Nicolas Sarkozy n’entame son discours, l’ancien maire du Havre, Antoine Rufenacht, lui a adressé quelques mots d’accueil, suivi de la députée UMP de Seine-Maritime, Françoise Guégot, candidate pour les Régionales en Normandie, en décembre, et du député-maire du Havre, Édouard Philippe… qui est aussi le porte-parole d’Alain Juppé, principal adversaire de Nicolas Sarkozy pour les primaires de 2016, élections ouvertes qui désigneront le candidat de l’UMP pour l’élection présidentielle de 2017.

Retour sur les « Républicains »

Sarkozy - LH - mai 2015
La salle de Bléville était comble.

Ce rendez-vous était attendu de la presse nationale, venue nombreuse au meeting, pour recueillir les premières réactions de Nicolas Sarkozy quant à la décision du tribunal de grande instance de Paris d’accepter le projet de baptiser le parti « Les Républicains ». Quelques heures plus tôt, la justice avait finalement rejeté la requête d’une centaine de plaignants, en lutte contre l’utilisation de ce terme pour nommer un parti politique.
À la veille du vote par les partisans de l’UMP concernant le nom « Les Républicains », Nicolas Sarkozy a savouré cette décision :

Il y avait une chose que je n’avais pas prévu chez « Moi je… » (Ndlr : il surnomme ainsi François Hollande). Je savais qu’on allait en voir de belles, mais je n’avais pas prévu que « Moi je… » allait choisir, lui-même, le nom de notre formation politique. Il ne croit toujours qu’il est le président de la République, il croit que c’est moi.»

Aussitôt, les rires ont fusé dans l’assemblée, déjà conquise. Le président de l’UMP n’a pas caché son plaisir, et a redoublé d’arguments, pour casser l’argumentaire de ses détracteurs : « Les gens qui ne sont pas courageux, qui n’ont pas d’opinion, ils essaient de gagner sur tapis vert, ils essaient d’aller devant les tribunaux, pour obtenir devant les tribunaux ce qu’ils ne peuvent plus obtenir devant le peuple de France, pour l’empêcher de porter ce beau nom de Républicains. Pendant un siècle aucun parti de gauche n’a voulu porter le nom de Républicains, parce qu’à gauche, ils sont socialistes avant d’être Républicains, et que nous, nous sommes Républicains, avant d’être Gaullistes, libéraux, indépendants ou de droite. »

« Je mettrai dehors toutes les personnes concluant un accord avec le Front national »

Il conclut le sujet en remerciant ses adversaires politiques « de la publicité gratuite qu’ils nous ont fait, avant notre Congrès à Paris, samedi. »
Nicolas Sarkozy a poursuivi son discours en faisant un bilan général de la politique en France, revenant sur différentes réformes comme les collèges, la santé, mais aussi en évoquant la politique étrangère, ou encore le Front national, rappelant à ses militants : « Je mettrai dehors toutes les personnes concluant un accord avec le Front national. »
En 20 minutes, le président de l’UMP a rappelé la position de son parti sur les orientations politiques à suivre, et a invité ses sympathisants à répondre aux deux prochains rendez-vous du parti : le vote des militants, jeudi 28 et vendredi 29 mai 2015, pour l’utilisation du nouveau nom “Les Républicains”, par vote électronique, et le samedi 30 mai 2015, à Paris, pour le Congrès qui verra se dresser les nouveaux statuts du parti, pour les années à venir.

Les photos du meeting de Nicolas Sarkozy, au Havre :

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.