Le Havre Au Havre, un chien détecteur de stupéfiants, au collège

La brigade canine de la police était en démonstration dans un collège du Havre (Seine-Maritime), mercredi 7 octobre 2015. Une opération pour sensibiliser contre la drogue.

Mise à jour : 07/10/2015 à 18:35 par Valentine Godquin

Les collégiens ont découvert le rôle des chiens-policiers, pour la détection de stupéfiants.
Les collégiens ont découvert le rôle des chiens-policiers, pour la détection de stupéfiants.

Informer contre la consommation de stupéfiants, prévenir contre les effets nocifs de substances illégales… Tel était le rôle attribué à des agents de la Police nationale, présents mercredi 7 octobre 2015 au collège Henri-Wallon du Havre (Seine-Maritime), dans le quartier de Mont-Gaillard. Pour mieux sensibiliser le jeune public, la police du Havre a dépêché sur place un chien-policier et son maître, spécialisés dans la détection de stupéfiants.

Une formation continue pour le chien

Cette action s’est déroulée dans le cadre de la Semaine de la sécurité. Cette action coordonnée entre la Police nationale et l’Education nationale cible principalement les établissements situés en Zones de sécurité prioritaires. Point d’orgue de ces journées d’informations auprès des jeunes, la venue d’un chien-policier au sein de l’établissement. Le berger allemand de six ans, est spécialisé dans la détection de stupéfiants. Héroïne, cocaïne, cannabis, ecstasy… Le chien est dressé pour trouver tous types de drogues. Devant une quinzaine de collégiens, Nathanaëlle, maître-chien, a présenté les missions de son compagnon à quatre pattes.

Le chien est capable de détecter 125 fois plus d’odeurs que l’homme. Et il est impossible de lui altérer l’odorat.

Après une démonstration de détection de stupéfiants, les collégiens ont pu découvrir les méthodes de formation pour dresser le chien.

Il faut une relation forte, de confiance entre le maître et son chien, et ne pas avoir de doute. Après trois mois de formation de base en centre national, le chien poursuit sa formation tout au long de sa carrière.

Ces entraînements sont une façon de maintenir l’endurance du chien « comme un sportif de haut-niveau ». Le chien ne peut en effet passer de longs moments à renifler, cette activité étant « très fatigante pour lui ».

Un chien… joueur !

Les collégiens ont découvert le rôle des chiens-policiers, pour la détection de stupéfiants.
Après l'accomplissement de sa mission, le chien est récompensé en récupérant son jouet.

La clé du succès de la formation de l’animal : qu’il soit joueur ! S’il est possessif avec un de ses jouets et s’il a envie de jouer, il peut devenir un bon chien policier. Au Havre, la brigade canine compte cinq chiens : quatre pour les patrouilles, et un pour la détection de stupéfiants.

La formation n’est pas la même. Ce sont deux spécialités bien distinctes. Pour les stupéfiants, il faut que le chien soit sociable, c’est différent avec le chien de défense.

En moyenne, il effectue entre 250 et 300 interventions par an. En activité depuis trois ans pour la Police nationale, il devrait être à la retraite à l’âge de 8 ou 9 ans, en fonction de sa santé. « Il mérite de profiter de sa retraite », commente son maître, qui a la possibilité de garder le chien dans un cadre familial, à l’issue de sa journée de travail. « C’est différent avec les chiens de patrouille, qui restent dans des chenils. »
La brigade canine du Havre est en activité depuis 2000. Nathanaëlle y travaille depuis huit ans, dont trois années en tant que maître-chien. Une spécialisation professionnelle dont elle ne pourrait se passer.

J’ai suivi cette voie par passion pour les chiens, et le travail avec eux. Il y a de la complicité avec lui. J’ai cette chance d’allier ma passion et le plaisir professionnel.

En présentant sa profession auprès de collégiens, le maître-chien permet ainsi au jeune public de découvrir autrement les métiers de la Police nationale, dans un cadre différent.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.