Au Havre : l’université, aussi, élit son président

Le 10 mai prochain, le Conseil d’Administration de l’Université élira son nouveau président pour un mandat de 4 ans.

Mise à jour : 09/04/2012 à 16:37 par Doris Le Mat-Thieulen

Univ.JPG

Les candidatures sont ouvertes depuis le 29 mars : les candidats en lice seront connus le 10 avril au soir.
L’Université du Havre, avec un effectif de 850 personnels permanents, compte parmi les 10 plus gros employeurs de la région havraise. L’élection d’un nouveau président est donc un événement important pour la communauté universitaire, mais aussi pour la ville et son économie. Camille Galap, l’actuel président, va quitter ses fonctions, mais qui sont les prétendants au poste ? Pour l’heure, aucun ne s’est déclaré et le suspense est total. Qui peut briguer ce mandat ? Quelles sont les conditions requises pour se présenter à l’élection ? Dominique Thieulent, directeur de la Communication à l’Université du Havre, nous éclaire : « Il faut être enseignant-chercheur ou assimilé, c’est-à-dire justifier d’un parcours universitaire équivalent. Il n’y a aucune condition de nationalité : le poste peut être pourvu par des chercheurs étrangers ».

Élu par le conseil d’administration

Le dépôt de candidature doit être accompagné d’un plan d’action, définissant les orientations pour les quatre ans de mandature. Le 19 avril prochain, un débat entre la communauté universitaire et les candidats permettra d’exposer les projets de chacun. Le 10 mai, le conseil d’administration, composé de 22 élus, siégera et élira le nouveau président qui devra comptabiliser 12 voix (majorité absolue) pour l’emporter. Comme le souligne Dominique Thieulent, « le président occupe une place prépondérante : force de décision, il exécute certes les décisions votées, mais c’est aussi lui qui pilote les négociations avec le ministère de l’enseignement supérieur sur le contrat quinquennal, qui ordonne le budget. » Dirigeant une « entreprise » du savoir, il donne les grandes orientations et gère, à la fois, les aspects financiers et humains. Le futur candidat reprendra certes le contrat quinquennal acté, mais mettra-t-il en œuvre les projets de l’actuel président ? Proposera-t-il de nouvelles orientations ? La question est ouverte, le débat aussi.
De notre correspondante S.B.
Au moment où nous imprimons ces pages, la date limite de dépôt des candidatures n’est pas passée. Retrouvez tous les noms des candidats sur notre site internet, dès que l’Université nous en communiquera la liste.
www.normandie-actu.fr

…….