Verneuil-sur-Avre Arnaque à la sécurité sociale, dans l'Eure. Deux infirmières interpellées

Deux infirmières ont été interpellées dans l'Eure, mercredi 27 janvier 2016. Elles sont soupçonnées d'avoir escroqué la sécurité sociale. L'une d'elle est en garde à vue.

Mise à jour : 28/01/2016 à 10:42 par La Rédaction

Deux infirmières ont été interpellées dans l'Eure par les gendarmes de la section de recherches de Rouen. Elles sont soupçonnées d'avoir escroqué la sécurité sociale (Illustration Fotolia)
Deux infirmières ont été interpellées dans l'Eure par les gendarmes de la section de recherches de Rouen (Seine-Maritime). Elles sont soupçonnées d'avoir escroqué la sécurité sociale (Illustration © Fotolia)

Elles auraient escroqué la sécurité sociale : deux infirmières exerçant dans la région de Verneuil-sur-Avre, dans le département de l’Eure, ont été interpellées, mercredi 27 janvier 2016, par les gendarmes de la section de recherches de Rouen (Seine-Maritime). Le parquet d’Évreux a ouvert une enquête pour « suspicion de détournement de fonds au détriment de la sécurité sociale ».

> Lire aussi. 284 000 escroqués, 780 000 euros de fraude fiscale grâce à 5 000 euros de loyers mensuels jamais déclarés. Une infirmière libérale de 58 ans était jugée à Caen (Calvados), mardi 12 janvier 2016.

Une des infirmières en garde à vue

L’une des deux infirmières a été placée en garde à vue et la seconde a pour l’heure simplement été entendue comme témoin. Elle doit de nouveau répondre aux questions des enquêteurs jeudi 28 janvier 2016. Les deux femmes auraient indûment perçu de l’argent de l’Assurance Maladie. Le magistrat en charge du dossier décidera des suites à donner à cette affaire.
Des médecins de l’Agence régionale de santé (ARS) étaient présents lors de l’interpellation des deux infirmières, pour s’assurer de la continuité des soins de leurs patients. Le montant du préjudice n’a pas été communiqué.

  • Plus d’infos à venir sur Normandie-actu

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.