Le Grand-Quevilly Après Rouen, la légende du Roi Arthur au Zénith de Caen. Les images

Vendredi 12 et samedi 13 février 2016, la Légende du Roi Arthur était présentée au Zénith de Rouen, décoré de façon médiévale. Les 19 et 20 février 2016, le show sera joué à Caen.

Mise à jour : 15/02/2016 à 07:59 par Thierry Chion

 

Florent Mothe est le roi Arthur. (Photo Thierry Chion)
Florent Mothe est le roi Arthur. (Photo Thierry Chion)

La comédie musicale, La légende du Roi Arthur, vient d’entamer sa tournée dans toute la France. Un spectacle féerique qui a fait sa quatrième étape provinciale, les vendredi 12 et samedi 13 février 2016, au Zénith de Rouen (Seine Maritime). Pour honorer cette venue, l’équipe du Zénith, avec le concours de la Ferme des Droops, de Touffreville-la-Cable (Seine-Maritime), avait réservé une surprise aux spectateurs. Le hall de la salle de spectacle était décoré sur le thème médiéval. Chevaux, oies, poules étaient dispersés dans les différents décors mis en place : atelier du tailleur de pierres, du bourrelier, du forgeron…

Présentation d'une armure démontée. (Photo Thierry Chion)
Présentation d'une armure démontée. (Photo Thierry Chion)

La troupe de La légende du Roi Arthur fera également escale au Zénith de Caen (Calvados), les vendredi 19 et samedi 20 février 2016. Le producteur, Pierre-Alexandre Vertadier, assistait à la première à Rouen. Notre interview.

Spectacle familial et généreux

Normandie-actu : La légende du Roi Arthur est la première comédie musicale que vous produisez au sein de Décibels Productions. Quel est votre premier bilan et vos premières impressions sur le début de cette tournée ?
Pierre-Alexandre Vertadier. Pour l’instant, tout se passe très bien. Nous sommes très contents. C’est un spectacle qui est plutôt bien perçu parce qu’il est familial, généreux, et la thématique du Roi Arthur est onirique, féerique, il parle d’amour avec un côté guerrier. La perception qu’en a le public est vraiment très encourageante.

En 2011, vous aviez déjà travaillé sur une comédie musicale de même ampleur : Dracula, l’amour plus fort que la mort. Est-ce que cette expérience vous a aidé à encore mieux aiguiller votre regard et votre expérience de producteur au service de La légende du Roi Arthur ?
Ah, oui, sans doute ! Parce que ce sont des spectacles très spécifiques. Il y a énormément de monde sur scène avec des moyens colossaux. Ce spectacle avait les mêmes enjeux. Donc, oui, il y a un certain parallèle évident dans la démarche de production.

La rencontre avec Dove Attia

En quoi, selon vous, La légende du Roi Arthur se différencie-t-elle des autres productions dans le paysage du spectacle musical de création française ?
Je crois que c’est en lien avec les gens avec lesquels je travaille. Ce qui m’a intéressé, c’est la rencontre avec Dove Attia qui m’a initialement motivé à faire ce spectacle et celle du metteur en scène, Giuliano Peparini. La rencontre avec Dove et Giuliano était vraiment intéressante, et c’est ce qui fait que ce spectacle est complètement différent. D’ailleurs, Dove dit que c’est le plus beau spectacle sur lequel il a travaillé.

Nostalgie au rendez-vous

Revenons sur les temps forts de Décibels Productions. Le 25 févier, au Zénith de Rouen, et le 3 avril, au Zénith de Caen, il y aura le spectacle Partez en live avec le TOP 50 orchestré par Marc Toesca. Lui-même disait à quel point vous étiez enthousiaste à l’idée de produire ce spectacle. Comment en avez-vous eu l’envie et l’idée ?
Il y a eu deux idées d’abord. Le succès de Stars 80 qui a éveillé des appétits de show accès sur la nostalgie. Quand j’ai vu ce spectacle, j’ai eu envie d’en faire quelque chose d’encore plus moderne et différent. Et puis, il y a eu la rencontre avec Marc Toesca. J’ai grandi avec le TOP 50. On va faire quelque chose de très festif.

Il y a la tournée Rester vivant de Johnny Hallyday qui a déjà attiré plus d’un million de spectateurs. Quel est le premier bilan que vous pouvez faire de cette collaboration avec Johnny Hallyday ?
Pour l’instant, c’est super ! Parce que je travaille avec un artiste consciencieux et rigoureux dans son approche du travail. Ce qui a fait plaisir à Johnny et à moi, c’est que tous les gens qui voient le spectacle sont emballés, ses fans d’il y a 50 ans comme les plus jeunes. Je pense que le public a bien aimé cette approche de faire un show rock et direct.

Avec notre correspondant
Guillaume Bataille

Cliquez sur l'image pour l'agrandir


Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.