Saint-Aubin-Routot Agression à la prison du Havre. Ivre, la sœur d'un détenu frappe une surveillante

Une surveillante du centre pénitentiaire du Havre a été frappée, samedi 10 octobre 2015, par une femme rendant visite à un détenu. Une nouvelle agression qui irrite le personnel.

Mise à jour : 10/10/2015 à 19:09 par Valentine Godquin

Un membre du personnel du centre pénitentiaire du Hvare a été agressé par une femme rendant visite à un détenu. (Photo : LB)
Une surveillante du centre pénitentiaire du Havre a été agressée par une femme rendant visite à un détenu. (Photo : LB)

Une nouvelle agression s’est prduite samedi 10 octobre 2015, en début d’après-midi, à l’encontre d’un membre du personnel du centre pénitentiaire de Saint-Aubin-Routot, près du Havre (Seine-Maritime). Cette fois-ci, il ne s’agissait non pas d’un détenu, mais d’un membre de la famille de l’un d’eux, qui a violemment pris à partie une surveillante.

Produit interdit et sœur alcoolisée

Les faits se sont déroulés à l’entrée de la prison, alors que le lieutenant procédait à l’inspection des effets d’une femme venant en visite.

Elle avait un produit interdit sur elle, et, en discutant, nous nous sommes aperçus qu’elle était alcoolisée et incohérente dans ses propos. Nous lui avons dit qu’il n’était pas possible pour elle de rendre visite dans ces conditions », relate à Normandie-actu le syndicat UFAP-Unsa Justice.

La femme s’est alors retournée contre la surveillante, et lui a asséné plusieurs coups de poing au visage, notamment. La femme a pu être maîtrisée et a été interpellée par les gendarmes. La surveillante a été évacuée au centre hospitalier du Havre.

Une situation « inadmissible »

Pour les membres du personnel pénitentiaire, c’est l’agression de trop.

Ses lunettes sont cassées. Elle a une déchirure musculaire à l’épaule, très mal au nez et à la mâchoire. Les médecins vérifient qu’elle n’a pas de fracture au nez.

Déjà victimes d’actes de violence de la part de détenus, les surveillants du centre pénitentiaire ne peuvent supporter de voir les membres de la famille en faire autant, au sein de l’établissement.

C’est tout simplement inadmissible. Si les familles s’y mettent… Pour nous, ce sont des citoyens qui viennent rendre visite. Si eux-mêmes n’ont plus le respect de l’uniforme, c’est plus que grave. Nos conditions de travail sont de pire en pire.

Mouvement national, le 22 octobre

Cette nouvelle agression fait suite à une autre ayant eu lieu en août 2015 : un surveillant avait reçu des menaces de la part d’une personne extérieure. Deux détenus se sont aussi retranchés sur le toit de la prison, fin septembre.

Pour dénoncer ces faits, le syndicat appelle les membres du personnel pénitentiaire du Havre à répondre au mouvement national du personnel pénitentiaire, qui aura lieu le jeudi 22 octobre 2015, à Paris.

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.