Évreux À Évreux, il brise les vitres de la banque à coups de barre de fer

Panique, dans la matinée du jeudi 7 mai 2015, dans une banque du quartier de La Madeleine, à Évreux. Un homme a brisé les vitres du sas d'entrée à coups de barre de fer.

Mise à jour : 08/05/2015 à 18:14 par La Rédaction

Il est 11h30, jeudi 7 mai 2015, lorsque des employés de la banque d’Évreux (Eure) appellent, paniqués, les policiers. Place Kennedy, à La Madeleine, un homme s’en prend aux vitres de la Société Générale. Dans le sas d’entrée, le client armé d’une barre de fer et de pierres, tente de faire exploser les vitres. Lorsque les policiers arrivent sur place, il a pris la fuite, mais est rapidement retrouvé et interpellé.
Placé en garde à vue, cet homme de 30 ans ciblait spécifiquement cet établissement. Il a été déféré au parquet d’Évreux dans la matinée du vendredi 8 mai 2015. L’homme, qui avait déjà été interpellé à la suite de dégradations, fin avril, sur la façade de la même banque (il devait être jugé devant le tribunal correctionnel d’Évreux en octobre 2015), doit faire l’objet d’uneprocédure de comparution immédiate devant le tribunal correctionnel d’Évreux, dès le lundi 11 mai. En attendant, il a été écroué. Le préjudice est évalué à 7 600 euros.

La Caisse d’Épargne a déserté le quartier pendant 15 jours

Vendredi 27 février 2015, c’est la Caisse d’Épargne de Normandie qui avait dénoncé un « environnement local » qui s’était « particulièrement dégradé au cours de ces dernières semaines. » Dans le quartier de La Madeleine, la banque située non-loin de la place Kennedy, rue Joliot-Curie, avait décidé de fermer son agence « provisoirement, pour une durée de 15 jours. »
La banque avait finalement rouvert ses locaux, transférés pendant un peu plus de deux semaines à Navarre et en centre-ville, le mercredi 18 mars 2015, saluant au passage «  la mobilisation des élus et des services de la Ville ainsi que des acteurs en charge de la sécurité ».

Nous vous rappelons qu'en envoyant votre commentaire vous acceptez de respecter la charte de modération. Vous êtes pénalement responsable de vos écrits.